Après TF1, C8 s'attaque au marché publicitaire belge

A lui seul, Cyril Hanouna produit 60% de la grille de C8 ©BELGAIMAGE

Distribuée en Belgique depuis quelques semaines, la chaîne du groupe Canal+ a confié à la régie Transfer la commercialisation de ses espaces publicitaires en Belgique.

Près de deux ans et demi après TF1, une autre chaîne française s’attaque au marché publicitaire belge. Il s’agit de C8, une chaîne en clair détenue par le groupe Canal+, dédiée au divertissement et à la fiction. C8 est surtout connue pour son animateur/producteur vedette Cyril Hanouna et son talk-show souvent sulfureux TPMP (Touche pas à mon poste), naguère diffusé par Plug RTL. C’est la fin de ce contrat fin 2019 qui a poussé C8 à réattaquer le marché belge.

Depuis le début de l’année, elle est disponible sur Proximus Pickx et Voo. Telenet et Orange suivront bientôt. L’étape suivante, c’est donc la valorisation de ses espaces publicitaires TV et vidéo auprès des annonceurs belges comme elle le fait déjà en Suisse. Les premiers décrochages sont attendus au printemps. Pour ce faire, elle vient de mandater la régie publicitaire Transfer. Détenue par le géant Disney, Transfer s’est spécialisée dans la commercialisation des chaînes de niche comme MTV, Cartoon Network, Fox, Eleven, BX1, Studio 1000, canal Z, etc.

Transfer, le retour

C8 est un caillou de plus pour les acteurs locaux(RTl, RTBF) dans un marché qui s’est dans l’ensemble contracté l’année dernière

C’est Transfer qui avait été initialement chargée par TF1 de vendre les espaces publicitaires de la chaîne du groupe Bouygues, avant que ce dernier ne confie en juillet dernier cette mission à IP, la régie publicitaire de RTL dont TF1 est pourtant une des principales concurrentes. Avec ce nouveau mandat, Transfer estime pouvoir capter dès cette année 10% du marché publicitaire francophone sur les cibles commerciales.

De son côté, C8 a dû introduire un dossier auprès de son régulateur, le CSA français pour pouvoir effectuer pareils décrochages, et cela en vertu de la directive SMA (Services Médias Audiovisuels). La même directive permet aux États de territoires ciblés par des chaînes étrangères d'enclencher une procédure de coopération avec leurs homologues compétents pour réguler les services qu'ils ciblent. Le CSA belge et le CSA français doivent donc s’entendre sur ce point. Mais on se doute que, comme TF1, C8 respectera les règles publicitaires de la Fédération Wallonie Bruxelles.

Trouble-fête ou épiphénomène?

2,5%
de part d'audience
C8 a pour ambition de capter 2,5% de l'audience en Belgique francophone sur les cibles dites "commerciales"

Autant l’arrivée de TF1 en septembre 2017 avait secoué à l’époque le Landerneau médiatico-publicitaire, en raison de sa puissance - environ 13 à 14% de parts d’audience sur les cibles commerciales, les fameux "PRA" âgés de 18 à 54 ans -  autant l'arrivée de C8 devrait provoquer moins de remous. C8 est un acteur dont la notoriété tient surtout à Cyril Hanouna qui y fait la pluie et le beau temps puisqu’il produit 60% de la grille. À l’époque où elle était diffusée sur Plug RTL, le talk-show TPMP réalisait environ 5% de part d’audience sur les cibles commerciales. L’objectif à terme est d’atteindre une moyenne de 2,5% sur cette même cible, la chaîne devant prochainement être mesurée par l’Audimétrie du CIM.   

Il n’empêche, après TF1 (qui a vu ses recettes publicitaires brutes bondir de 75% l’an passé en Belgique selon les données de Nielsen, épinglées par l’agence médias Space), c’est un caillou de plus pour les acteurs locaux dans un marché qui s’est dans l’ensemble contracté l’année dernière, les investissements publicitaires bruts en télévision ayant reculé de 3% dans le sud du pays, un recul affectant à la fois RTL et la RTBF.  

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés