Publicité

Brussels Expo pourrait devenir le premier espace d'exposition "Covid-safe" au monde

Pour tenter de reprendre rapidement une place sur l'échiquier mondial du secteur, très concurrentiel, Brussels Expo prend les devants en termes de sécurisation sanitaire. ©Dries Luyten

Vitrine du monde économique belge, Brussels Expo subit la crise actuelle de plein fouet depuis deux mois déjà. Devant les annulations en cascade, sa direction a décidé de réagir à l’arme lourde en équipant ses 120.000 mètres carrés de purificateurs germicides. Une première qui pourrait repositionner le Heysel sur l’échiquier mondial, dès que le secteur événementiel pourra enfin sortir de sa léthargie.

Avec les annulations de salons tombant les unes après les autres, le patron de Brussels Expo, Denis Delforge, déprimait ferme depuis deux mois. À tel point qu’il devenait bien difficile de le joindre... Ce matin, nous avons réussi à le contacter. Le rapide bilan qu'il tire de la situation explique son mutisme et prouve qu’il fallait réagir rapidement.

"On peut déjà estimer nos pertes de marges à court terme à 5 millions d’euros. C’est bien sûr une estimation partielle, arrêtée au 30 juin, date de clôture de notre exercice annuel. S’il n’y a pas une reprise rapide – forcément lente et progressive – de l’activité, les pertes seront bien plus importantes. Nous sommes un peu la vitrine de l’économie belge. Et celle-ci, quoi qu’il arrive, encaissera la crise durant de longues années, avec des priorités dans les dépenses essentielles qui vont avoir des répercussions sur notre secteur (faillites, réductions de superficies occupées) durant 24 à 30 mois au moins. Notre fédération, FeBeLux, a communiqué des chiffres vendredi dernier et estime globalement la perte financière pour notre secteur à plus de 100 millions d’euros déjà; 300 millions si on inclut tous les acteurs indirects."

Devant ce bilan catastrophique, passé l’étape de la tétanisation, il fallait réagir… ou mourir. Le CEO a donc pris le taureau par les cornes, rapidement suivi par son conseil d'administration. Et fait acter la décision de se focaliser sur l’urgence sanitaire en équipant entièrement le Parc des Expos du Heysel d’une technologie qui a déjà fait ses preuves dans d’autres endroits stratégiques comme l’aéroport d’Heathrow, des banques d’affaires ou des salles d’attente de grands hôpitaux. Une technologie qui n’a pas, assure-t-il, d’effets secondaires sur les visiteurs. 

Technologie éprouvée et "sans effets secondaires"

Avec sa nouvelle technologie de désinfection, le Parc des Expositions pourrait être sollicité pour d'autres rendez-vous populaires incontournables. ©Photo News

"Cette technologie est vraiment ce qu’il nous faut. Elle va aussi être installée dans le métro londonien et sera rapidement prise d'assaut par pas mal d'entreprises et d'acteurs publics. Nous pensons vraiment que la décision que nous avons prise pourrait faire rapidement la différence et permettre aux plus de 80.000 personnes employées par le secteur événementiel de relancer la machine dès que possible: Brussels Expo sera en effet le premier parc d’exposition au monde à s'équiper de lampes UV dernier cri permettant de désinfecter en permanence les espaces publics équipés de cette technologie de pointe non intrusive, déjà éprouvée depuis plus d’un siècle", insiste Denis Delforge, qui chiffre l’investissement global à 1,2 million d’euros.

"Brussels Expo sera le premier parc d’exposition au monde à s'équiper de lampes UV dernier cri permettant de désinfecter en permanence les espaces publics équipés."
Denis Delforge
CEO Brussels Expo

Des halls d’exposition aux bureaux en passant par les salles de réunion, les couloirs d’accès ou les toilettes, c’est bien toutes les infrastructures du parc des expositions qui, dès juin 2020, seront progressivement équipées de purificateurs UV-C, adaptés notamment contre les virus et autres maladies d’origine bactérienne. "Avant que les demandes saturent, nous avons identifié trois entreprises spécialisées. Nous avons passé marché avec des spécialistes européens de ce système qui pourront l'installer pour la fin de l'été et l’entretenir dans la durée, car les lampes UV perdent progressivement de leur efficacité et doivent être changées régulièrement." Ce processus garantit, selon les concepteurs, une élimination des agents pathogènes, virus et bactéries de l’air et des surfaces. Ce système sera bien sûr ajouté aux consignes déjà imposées pour le secteur (masques, gel désinfectant, limitation et organisation des flux de visiteurs).

L'installation des systèmes de désinfection débutera dès juin et équipera progressivement tous les salons, en commençant par les plus stratégiques, dont le Palais 12. ©Belpress.com

 

 

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés