Cikisi vise une levée de fonds de 1,5 million au premier semestre

©Dieter Telemans

Spécialisé dans l'information économique, le moteur de recherche carolo doit atteindre le million d'euros de revenus récurrents dans les 12 mois.

Lorsqu’ils travaillaient encore à la FN Herstal, Valery Mainjot et Franck Di Liberto s’arrachaient les cheveux pour trouver des informations pertinentes sur leur marché, celui des armes de poing, et sur leurs concurrents. Faute de trouver l’outil ad hoc, ils ont fini par le développer eux-mêmes avec trois autres associés, liégeois et carolorégiens, et une dizaine de développeurs. Cikisi est né il y a juste 5 ans et vient de sortir la deuxième version de son moteur de recherche. Dans le courant du premier semestre 2020, l’entreprise lancera une deuxième levée de fonds de 1 à 1,5 million d’euros pour accélérer son développement international.

"On peut considérer que les employés passent en général une heure par jour sur le web à la recherche d’informations pertinentes sur leur marché. Cela fait 15% du coût de l’employé. C’est énorme sans être très efficace", constate Jérôme Collet, administrateur délégué.

Or, les bonnes informations au bon moment doivent aider les entreprises à prendre les bonnes décisions. "C’est une manière de minimiser les risques et de maximiser les opportunités", précise encore Maijot.

Automatiser la recherche

3
piliers
La veille, la recherche active et l’exploration des données en fonction de l’historique ou des centres d’intérêt.

La plateforme de Cikisi permet d’automatiser la recherche souhaitée, mais surtout de l’enrichir en fonction d’algorithmes qui traitent les métadonnées. "Au fil de nos développements, nous sommes passés de la 'simple' veille à l’exploration active des données disponibles", précise Collet.

Le moteur de Cikisi repose sur trois piliers: la veille, la recherche active et l’exploration des données en fonction de l’historique ou des centres d’intérêt. "Dans les deux premiers cas, l’utilisateur précise les critères de recherche sur lesquels la machine devra travailler. Dans le troisième, l’intelligence artificielle va compléter cette recherche par des occurrences qui sont susceptibles de l’intéresser également", poursuit Mainjot.

La recherche porte évidemment sur des mots ou des groupes de mots, mais aussi sur des photos par exemple. Et elle se complétera de données chiffrées, de localisation, de répartition géographique des occurrences, d’historiques, etc.

La deuxième version du moteur de recherche de Cikisi est sortie il y a quelques semaines, intégrant ces capacités d’intelligence artificielle. Déjà à ce stade, la société compte de belles références dans sa clientèle. Outre quelques-uns des Big five de la consultance, elle fournit également des données à des entreprises belges comme Carmeuse, Magotteaux, John Cockerill, Luminus ou le secteur bancaire. Depuis peu, la jeune pousse exporte ses compétences en France et au Luxembourg essentiellement.

Depuis le lancement commercial du moteur de recherche, il y a trois ans, Cikisi fait mieux que doubler son chiffre d’affaires chaque année. L’objectif est d’atteindre le million d’euros de revenu annuel récurrent dans les 12 mois à venir. Cikisi fonctionne sur la base d’un abonnement de base qui oscille entre 500 et 1.000 EUR par mois en fonction des modules mis en œuvre, ce à quoi s’ajoutent des options et solutions multiutilisateurs.

Pour accélérer son développement, notamment international, Cikisi procèdera au premier semestre 2020 à une nouvelle levée de fonds de 1 à 1,5 million d’euros, à hauteur de 40% auprès des actionnaires fondateurs et pour 60% auprès de nouveaux fonds. "L’objectif est d’attirer un investisseur qui puisse réellement nous apporter quelque chose dans notre stratégie", précise encore Mainjot, qui a reçu des marques d’intérêt de fonds belges, mais aussi néerlandais et français.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés