Comcast lance une OPA sur Sky et défie Murdoch

©EPA

Comcast défie Murdoch en lançant une offre de 22,1 milliards de livres sur Sky. Alors que Sky a déjà conclu un accord pour céder l'intégralité de son capital à Twenty-First Century Fox , le groupe de Rupert Murdoch...

Le n°1 du câble aux USA, Comcast, a lancé une offre public d'achat sur le groupe de télévision britannique Sky, valorisant ce dernier à 22,1 milliards de livres (25 milliards d'euros).

→ L'action Sky a bondi dès l'ouverture de la Bourse de Londres

· Quel intérêt? Comcast dit voir une "opportunité stratégique d'acquérir un leader de la production et la diffusion de contenus au Royaume-Uni et en Europe".

· Les modalités. Comcast propose de racheter chaque action au prix de 12,50 livres, soit 11% de plus que la valeur de l'action à la fermeture de la Bourse de Londres lundi (11,05 livres).

Pour rappel, le groupe européen de télévision payante Sky a déjà conclu un accord pour céder l'intégralité de son capital à Twenty-First Century Fox, le groupe de Rupert Murdoch.

L'offre de Comcast, propriétaire du réseau télévisé NBC et du studio de cinéma Universal Pictures, s'élève à 12,50 livres par action, soit un niveau supérieur au montant de 10,75 livres fixé dans la transaction censée permettre à Fox de racheter les 61% de Sky qu'il ne possède pas encore.

· Un défi à Murdoch et à Walt Disney. Avec cette initiative, Comcast ne défie pas seulement Rupert Murdoch, qui a contribué au lancement de Sky en Grande-Bretagne, mais aussi Walt Disney, qui a accepté d'acheter une partie des actifs de Fox, dont Sky, une fois que le groupe de Rupert Murdoch aura mis la main sur l'intégralité du réseau de télévision payante.

"Nous aimerions posséder l'intégralité de Sky et nous allons chercher à acquérir plus de 50% des actions Sky" (Brian L. Roberts, le directeur général de Comcast)

Le projet de Fox de prendre totalement le contrôle de Sky, annoncé en décembre 2016, se heurte à des inquiétudes relatives à l'influence excessive que Rupert Murdoch, déjà propriétaire de journaux, pourrait exercer sur le paysage médiatique en Grande-Bretagne. Des actionnaires de Sky ont en outre commencé à se plaindre du niveau de l'offre de Fox, jugée trop faible.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content