Publicité

DPG Media s'attend à des lendemains qui déchantent

Christian Van Thillo, président exécutif de DPG Media, s'attend à un exercice 2020 compliqué. ©BELGA

Après des résultats 2019 de bonne facture, l'entreprise flamande de médias s'attend à un recul sensible du marché de la publicité en 2020 en raison de la crise du coronavirus

DPG Media (ex De Persgroep) a réalisé des résultats 2019 solides. L'éditeur, entre autres, du quotidien Het Laatste Nieuws et de la chaîne de télévision commerciale VTM a vu son chiffre d'affaires progresser de 4% à 1,64 milliard d'euros. L'ebitda a grimpé de 7% à 258 millions et le bénéfice net a augmenté de 2% à 129 millions. Un an plus tôt, le groupe avait toutefois enregistré pour 9 millions de recettes exceptionnelles suite à la vente de certains actifs. Les trois pays dans lesquels le groupe est actif – Belgique, Pays-Bas, Danemark – ont connu une croissance bénéficiaire.

1,638
milliard €
En 2019, les revenus de DPG Media ont progressé de 4% avec un chiffre d'affaires de 1,638 milliard d'euros.

DPG Media a pleinement profité de sa transformation digitale enregistrant une croissance tant au niveau des abonnés digitaux (400.000 abonnés) que dans la publicité digitale; mais celle-ci est encore insuffisante pour compenser la baisse de la publicité imprimée et télévisée, cette dernière reculant de 4% en Belgique. Le digital représente aujourd’hui un chiffre d’affaires de 120 millions d'euros. 

"La grande question est de savoir comment la confiance du consommateur – et, avec elle, celle des annonceurs – évoluera dans la période à venir."
Christian Van Thillo
CEO de DPG Media

DPG Media ne distribuera toutefois pas de dividende mais garde la totalité du bénéfice au sein de l'entreprise au vu de l'actuelle crise. Car, c'est clair, 2020 sera d'un autre tonneau: "Dans les trois pays où nous sommes actifs, notre entreprise s’en ressent", indique Christian Van Thillo, président exécutif. "En ces temps troublants, le besoin d’information fiable et de qualité est énorme et le besoin de divertissement l’est tout autant. L’audience de nos médias d’information et chaînes de télévision a donc augmenté de façon spectaculaire. La douleur se ressent toutefois à hauteur du marché publicitaire, qui depuis la mi-mars enregistre un important recul. La grande question est de savoir comment la confiance du consommateur – et, avec elle, celle des annonceurs – évoluera dans la période à venir."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés