Ecartés du plan de fréquences radio, DH Radio et BX1 ne baissent pas les armes

François le Hodey, CEO du groupe IPM ©BELGA

Alors que la radio du groupe IPM annonce des recours devant le Conseil d’Etat, BX1 et les autres télés locales relèvent des incohérences dans les motivations du CSA pour les écarter.

Les décisions du CSA chargé d'attribuer les fréquences dans le cadre des futurs plans FM et DAB+ ne sont pas encore rendues publiques (elles ont été communiquées officiellement aux candidats mardi dans la soirée, après de premières des fuites lundi), cela grenouille déjà ferme dans le petit monde des radios privées.

Le groupe RTL a été le premier a dégainer en actant l’échec de sa candidature pour son troisième réseau, Mint pointant que son projet "se caractérisait par son format unique qui entendait faire la part belle à la culture francophone belge et ainsi œuvrer à la diversité du paysage radiophonique en Fédération Wallonie-Bruxelles, tant sur fond que sur la forme." Une manière polie d’étonner de la décision du CSA. Et d’indiquer que ce deuxième échec après celui de 2008 mettait met un terme définitif au projet Mint.

Recours au Conseil d'Etat

Le groupe IPM, qui détenait un réseau multivilles pour DH Radio, se montre plus virulent suite au non-renouvellement de sa licence. La direction du groupe (éditeur de La Libre et de la DH/Les Sports) s'est adressée à ses lecteurs et internautes dans les pages et sur les sites des deux journaux.

François le Hodey, le CEO du groupe y qualifie le verdict du CSA de . Il annonce qu’IPM va introduire des recours devant le Conseil d’Etat "pour lui demander de juger si le CSA a vraiment appliqué avec rigueur et sans discrimination sa procédure de sélection". Et d’argumenter :" Le CSA aurait estimé que notre radio ne serait pas assez "singulière", comprenez, pas assez "originale"…Voilà une appréciation incroyable, DH Radio diffuse au contraire un programme très différent des autres radios, elle apporte une vraie diversité dans le paysage radiophonique francophone."

"La décision du CSA est incompréhensible"
François le Hodey
CEO du groupe IPM


Pointant les synergies rédactionnelles avec les rédactions des deux journaux du groupe en termes d’infos, il rappelle que "cette radio représente 10 années d’efforts, 10 millions d’euros d’investissements, des milliers d’heures de travail. La décision du CSA est donc incompréhensible."

BX1 en embuscade

Du côté de BX1, la télévision bruxelloise qui avec d’autres télés locales avait créé la Socarep pour exploiter deux réseaux FM et DAB+, on se laisse le temps de la réflexion. Le projet a été recalé. Tout comme celui lancé à titre individuel par BX1 pour une fréquence locale. "Les motivations du CSA présentent des incohérences et des erreurs interpellantes", observe Marc de Haan, directeur général de BX1. Le CSA aurait pointé le statut public du projet alors que l’appel d’offres est réservé aux radios privées.

"Nous allons mettre à profit le délai de 60 jours pour exprimer une réaction définitive, mais nous ne renoncerons pas à l’obtention de fréquences FM et DAB+ ", ajoute le directeur qui n’exclut donc pas des recours devant le Conseil d’Etat. En attendant, BX1 confirme le lancement le 27 septembre de sa web radio, baptisée BX1+.


Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect