Éditions de l'Avenir: le projet de cession validé par la tutelle wallonne

©BELGA

La tutelle wallonne a validé ce mardi le projet de cession des Éditions de l'Avenir à IPM, entamé début juillet lorsque le conseil d'administration de Nethys a finalement retenu l'offre de ce dernier.

Le projet de cession des Éditions de l'Avenir à IPM a été validé par la tutelle wallonne après vérification des engagements pris, a indiqué le ministre régional des Pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne (PS), mardi, en commission du Parlement de Wallonie. Début juillet, après des mois de tractations diverses, le conseil d'administration de Nethys avait finalement retenu l'offre d'IPM pour le rachat du quotidien L'Avenir et des hebdomadaires Moustique et Télépocket.

Dans la foulée, l'opération a été soumise à la tutelle administrative régionale. "Au regard du rapport d'instruction remis par mes services et des pièces du dossier, j'ai considéré que l'opération n'appelait aucune mesure de tutelle et j'ai notifié ma décision le 25 août", a expliqué ce mardi le ministre Dermagne. "Sous l'angle de la légalité, j'ai pu constater qu'EDA et Nethys avaient tenu compte des motifs qui avaient fondé les arrêtés du 7 octobre 2019 annulant les cessions de participations de Voo, Win et Elicio", a-t-il justifié.

Ainsi, les conseils d'administration d'EDA et de Nethys ont préalablement sollicité l'avis conforme d'Enodia, obtenu le 17 juillet, quelques heures avant la conclusion de la cession de la branche d'activité. "De plus, si cette opération ne relevait pas du champ d'application matériel du droit des marchés publics, EDA et Nethys ont veillé à respecter l'obligation d'organiser une procédure de mise en concurrence publique découlant du principe d'égalité de traitement et de l'obligation de transparence applicables à tout contrat public au sein du marché intérieur de l'Union européenne", a ajouté Pierre-Yves Dermagne. Par ailleurs, "du point de vue de la conformité à l'intérêt général, Nethys et EDA ont également obtenu des engagements de la part d'IPM", a-t-il poursuivi.

Un prix provisoire fixé à 2,875 millions

Le capital de la nouvelle société - New - sera notamment ouvert à la société coopérative 'Notre Avenir' à une hauteur maximale de 7,5% et elle aura le droit de proposer la nomination d'un administrateur indépendant. Parallèlement, il ne sera procédé à aucune vente, location, cession, fusion, scission, restructuration, dissolution ou cession ou apport d'universalité ou de branche d'activité pendant la période de paiement du prix - soit 5 ans en principe. La charte éditoriale du journal "L'Avenir" sera également respectée, de même que l'indépendance des équipes rédactionnelles. enfin, le siège social de New sera maintenu à Namur ou dans ses communes avoisinantes.

Le prix de la cession a été fixé provisoirement à 2,875 millions d'euros "et sera susceptible de varier à la date effective du transfert", en fonction "de la comparaison entre les placements de trésorerie et des valeurs disponibles d'EDA au 31 décembre 2019, des propres placements de trésorerie et valeurs disponibles de la branche d'activité au 31 décembre 2020 et de la dette d'EDA à l'égard de Nethys" ainsi que de la moyenne quotidienne, sur trois ans, de diffusion imprimée du journal L'Avenir, a encore indiqué le ministre.

Enfin, pour que la dernière condition suspensive à la vente soit levée, l'opération doit encore obtenir l'aval de l'Autorité belge de la concurrence, ce qui devrait être fait avant la fin de cette année.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés