Facebook a-t-il fait de la vidéo une bulle?

Facebook dément les accusations dont il fait l’objet. ©BELGAIMAGE

Selon des annonceurs américains, le réseau social aux 2,2 milliards d’utilisateurs actifs aurait gonflé à leur insu les chiffres de durée de vision des vidéos sur sa plateforme.

Facebook gonflerait-il artificiellement les chiffres de vision des vidéos sur sa plateforme? C’est ce dont l’accusent des annonceurs américains depuis deux ans. Ils sont revenus à la charge cette semaine, comme le rapportent plusieurs médias spécialisés dans les technologies.

Tout a commencé mi-2016. Lors d’un événement organisé par le magazine Fortune, un des dirigeants de Facebook y relevait que la consommation de textes sur la plateforme perdait du terrain au profit de la vidéo. Le fondateur du réseau social en personne, Mark Zuckerberg, renchérissait sur BuzzFeed News en affirmant: "Nous sommes entrés dans l’âge d’or de la vidéo."

Surestimés

Seulement voilà: quelques mois plus tard, un article du Wall Street Journal affirmait que les chiffres mirobolants annoncés par Facebook avaient été largement surestimés. Le réseau aurait, selon lui, gonflé de 60 à 80% la durée moyenne de vision de ses vidéos publicitaires en ligne. Comment? En ne prenant en compte que les vidéos visionnées pendant plus de 3 secondes.

Un groupe de petits annonceurs américains déposa alors plainte en Justice, affirmant, sur la base de documents internes, que Facebook était au courant depuis un an mais aurait réagi mollement pour rectifier le tir n’affectant que deux ingénieurs pour changer sa méthode de calcul. Invoquant alors une erreur de calcul, Facebook assurait pourtant alors à ses clients annonceurs que dès qu’il en avait eu vent, il avait pris les mesures nécessaires.

L’affaire a rebondi cette semaine avec le dépôt d’une nouvelle plainte effectué par l’agence de marketing en ligne Crowd Siren. Celle-ci affirme, sur la base de nouveaux documents internes, que le problème est bien plus sérieux, les statistiques ayant été gonflée, selon elle, de 150 à 900%!

"Facebook a gonflé la durée de vision des annonces vidéo sur sa plateforme de 150 à 900%"
Crowd Siren
Agence de marketing en ligne


Facebook dément pareilles allégations. "Cette action en Justice est sans fondement et nous avons déposé une requête en rejet de ces accusations de fraude. Les suggestions selon lesquelles nous avons tenté de cacher ce problème à nos partenaires sont fausses. Nous avons parlé à nos clients de l’erreur quand nous l’avons découverte et mis à jour notre aide en ligne pour expliquer ce problème", a-t-il réagi dans un communiqué.

Les annonceurs tremblent

Si tout cela devait s’avérer exact, les conséquences pourraient être énormes selon le NielmanLab, un bureau d’études sur le journalisme digital gravitant dans le giron de l’université d’Harvard; non seulement, pour les annonceurs qui transfèrent de plus en plus de budgets publicitaires de la télévision vers les réseaux sociaux comme Facebook, mais aussi, pour le secteur de la presse, bon nombre d’emplois ayant été supprimés dans les médias écrits suite à la montée en puissance de Facebook dans la vidéo.

Pour Facebook, cette affaire est en tout cas une casserole de plus alors que le groupe a été secoué cette année par le scandale Cambridge Analytica et le récent piratage de comptes de 50 millions ses membres. 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect