Feu vert pour le double plan de fréquences radio

D'ici la mi 2019, le double plan de fréquences radio va enfin voir le jour ©AFP

Le CSA a rendu un avis favorable sur les différents arrêtés gouvernementaux définissant le double appel d’offre pour les réseaux FM et numérique.

Le Collège d’avis du Conseil supérieur de l’Audiovisuel, qui réunit des professionnels du secteur, a remis un avis favorable aux projets d’arrêtés définissant l’appel d’offre et les architectures des deux futurs plans de fréquences radio: analogique (FM) et numérique (DAB+). 

Rien ne changera fondamentalement pour la FM. Il y aura toujours dix réseaux privés: 4 communautaires (actuellement occupés par Bel RTL, Radio Contact, Nostalgie et NRJ), deux multivilles (aux mains de Fun et DH Radio) et quatre provinciaux. 

5,4
millions d'euros
Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a débloqué 5,4 millions pour la transition numérique.

Les places seront chères car certains revendiquent des réseaux supplémentaires. N Group (Nostalgie, NRJ) veut un réseau pour Chérie FM (actuellement diffusée sur Internet) tout comme RTL (Bel RTL, Radio Contact) qui milite pour obtenir une place pour Mint (diffusée aujourd’hui sur le Web et sur certains réseaux provinciaux). Sans compter que les... TV locales s’intéressent aussi au dossier. Bref, beaucoup d’appelés pour peu d’élus.

Plus de places

Le plan DAB+ s’avère bien plus confortable, la technologie permettant bien plus de réseaux. Le plan en prévoit en effet 23, dont 11 privés. Mint et Chérie FM y trouveront donc un espace. Il y aura donc encore des places. Reste à voir qui se lancera dans l’aventure vu que, même si le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a débloqué 5,4 millions pour la transition numérique, le passage au DAB+ coûte cher pour des recettes publicitaires aléatoires au début. Comme peu de Belges sont déjà équipés en DAB +, l’audience sera en effet faiblarde.

Les radios en réseau qui postulent une place en FM auront l’obligation d’émettre le même programme sur le nouveau réseau numérique.

Les radios provinciales auront elles aussi leur réseau DAB+ tandis que les locales bénéficieront de 216 fréquences contre 89 en FM. Ce qui laissera donc de la place pour de nouveaux projets. Le gouvernement a débloqué un million d’euros pour les aider à passer au DAB+, mais les modalités d’attribution ne sont pas encore connues

A noter que les radios en réseau qui postulent une place en FM auront l’obligation d’émettre le même programme sur le nouveau réseau numérique. Par ailleurs, la technologie DAB+, qui permet plus de radios et une meilleure qualité sonore, donne aussi la possibilité aux radios d’offrir de nouveaux services (texte, images, cartes, etc.)

Enfin, la RTBF qui, de par son statut public, dispose de 5 réseaux en FM en bénéficiera de 9 en DAB+. Une offre dédiée au jazz, une autre à l’info-routes, et un réseau pour Tarmac, la nouvelle offre hip-hop lancée en juin 2017 sur le Web sont attendus.

Deux plans pour mi-2019

Cet avis du CSA est une étape décisive dans cet épineux dossier qui affiche plus d’un an de retard. Pour rappel, les nouveaux plans auraient dû entrer en vigueur début 2018. Après le parcours législatif d’usage (Conseil d’Etat, Parlement...), le CSA devrait lancer les appels d’offre fin novembre. Les candidats auront deux mois pour renter leur dossier et le CSA quatre pour y répondre et attribuer réseaux et fréquences. Au mieux, les plans seront opérationnels au début de l’été 2019.

Le dossier paraît donc plié. Sauf que dans la cadre du contrat de gestion de la RTBF, dont la conclusion tarde elle aussi, le cdH demande que les radios de la RTBF au profil plus "commercial", comme VivaCité, soient elles aussi soumises à l’appel d’offres FM...

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content