portrait

Jack Dorsey, le hipster de la tech américaine

Vétu d'un tee-shirt et de baskets; la barbe longue, le bonnet en laine et un piercing dans le nez, Jack Dorsey, patron de Twitter, est parfois appelé l'anti-CEO.

Pour ses quelque 4,3 millions d'abonnés sur Twitter , il est simplement @jack. Pour le fonds activiste Elliott, il est l'homme à abattre. Le fonds considère en effet que Jack Dorsey n'a plus sa place à la tête du réseau social. En cause, sa double casquette – tantôt à la direction de Twitter et de Square, cette entreprise de paiements mobiles qu'il a aussi créée –, mais surtout son intention non dissimulée d'aller vivre en Afrique. Et pourtant, Elon Musk, l'emblématique patron de Tesla, l'avait prévenu: "Ne pas diriger deux groupes." Il ne l’a pas écouté. 

Dorsey l'affirme, chaque journée commence à 5 heures avec de la méditation.

"L'Afrique définira l'avenir (en particulier celui du bitcoin!). Je ne sais pas encore où, mais je vais vivre ici pendant 3 à 6 mois au milieu de 2020", tweetait Jack Dorsey fin 2019 depuis l'Éthiopie après un voyage qui l'avait mené au Nigeria, au Ghana, en Afrique du Sud et en Éthiopie à la rencontre de nombreux représentants africains de sociétés technologiques.

L'Afrique?!

Cette "passion" pour la cryptomonnaie et l'Afrique n'est en soi pas une surprise. Jack Dorsey a investi en octobre dernier 10 millions de dollars dans CoinList, une start-up qui gère les ventes de "jetons". De quoi lui éviter de créer, à l'instar de Facebook et son Libra, sa propre monnaie virtuelle pour Square, dont la stratégie porte sur l'utilisation de cette monnaie.

PROFIL

♦ 19 novembre 1976: Naissance à Saint Louis, Missouri

♦ 1981: crée des logiciels de dispatching qui sont toujours utilisés aujourd'hui par des compagnies de taxis.

♦ 2000: entre chez Odeo, un start-up s'intéressant aux messageries textuelles. Avec Christopher Isaac Stone, il imagine Twitter.

♦ 21 mars 2006: écrit ce qui est considéré comme le premier tweet: "just setting up my twttr"

♦ 2008: prend la présidence de Twitter.

♦ 2009: crée Square, une entreprise de paiements mobiles.

♦ 2015: reprend la direction générale de Twitter.

Mais si Jack Dorsey mise sur la croissance des entreprises "tech" africaines et la cryptomonnaie, chez Elliott on ne voit pas les choses de la même manière et on n'hésite pas à le faire savoir. Selon le Wall Street Journal, le fonds de Paul Singer considéré comme particulièrement agressif aurait acquis une participation d'environ un milliard de dollars dans Twitter et annonce déjà avoir quatre candidats potentiels pour prendre la barre de la société, une fois son patron évincé. 

Le hic, c'est que contrairement à Mark Zuckerberg (Facebook) ou Evan Spiegel et Boby Murphy (Snap), Jack Dorsey ne dispose pas d'actions au droit de vote supplémentaire lui assurant le contrôle de Twitter. De plus, depuis qu'il a pris les rênes en 2015 en transformant Twitter en une société rentable, l'action a stagné, là où celle de Facebook a doublé de valeur. D'où l'accueil plutôt glacial face à un éventuel déménagement en Afrique.

Le patron hipster

À la tête d'une fortune estimée à 5,9 milliards de dollars et principalement composée d'actions de ses sociétés, Jack Dorsey est un patron atypique. Le look hipster: longue barbe, piercing dans le nez, un bonnet de laine régulièrement vissé sur la tête, il préfère le tee-shirt-baskets au complet trois-pièces.

5,9
milliards $
Jack Dorsey est à la tête d'une fortune estimée à 5,9 milliards de dollars et principalement composée d'actions de ses sociétés.

Le site Business Insider parlait récemment de lui en évoquant "la vie sauvage du CEO qui mange un repas par jour, sort avec des mannequins et aime le bitcoin." Désormais, Dorsey l'affirme, chaque journée commence à 5 heures avec de la méditation. "Cela me permet de me connecter avec l’instant présent, de mettre mes idées en place pour la journée à venir."

Belle évolution pour ce geek adolescent de 15 ans qui a créé un logiciel de dispatching toujours utilisé par des compagnies de taxis; cet étudiant en technologie à l'université du Missouri et de New York qui jamais ne terminera son corpus; ce petit génie qui en 2000 créa un prototype permettant à ses amis d'être au courant de sa vie via son BlackBerry.

Dorsey reste malgré tout le gars timide et peu bavard qu'il était déjà adolescent. "Il ne parle pas beaucoup, il écoute beaucoup", résume son ami, le Français Xavier Niel (Free), investisseur dans Square.

Le tweet matinal

Jack Dorsey commence sa journée par un simple tweet "bonjour". "C’est pour ma mère, je sais qu’elle lit mes tweets", a-t-il raconté.

Il reconnait aussi être interpellé par la communauté Twitter. "Ce sont eux qui ont créé le hashtag #, le @ pour s’adresser à quelqu'un, les threads pour raconter de longues histoires."

Un patron piraté

Le 30 août 2019, Twitter connaissait son premier piratage: le compte de son patron Jack Dorsey. @jack s'est pendant 15 minutes mis à publier des messages antisémites et racistes.

L'enquête montrera que les hackers avaient piraté la carte SIM de Dorsey. Carte SIM nécessaire pour Twitter directement via un SMS quand il n'y a pas de connexion internet.                        

Twitter avait rassuré en ajoutant qu'il n'y avait eu aucun signe que les systèmes Twitter aient été compromis, mais cela n'avait pu empêcher les commentaires moqueurs.

Jack, l'insolite

Jack Dorsey aspirait à une carrière de masseur. Il a obtenu sa licence en 2002 et envisageait de lancer un service de massages sur fauteuil spécialement destiné... aux développeurs de la Silicon Valley. Il abandonna l'idée en constatant qu'en fait tout le monde pouvait s'improviser "masseur". 

Depuis, tout est technologie à un point tel que, lorsqu'il reçoit un livre, il le donne et télécharge sa version électronique. 

Il est aussi à l'origine du programme sécurisé de billetterie en ligne de la compagnie de ferry menant à la prison d'Alcatraz à San Francisco. 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés