portrait

Jacques Galloy, le missionnaire numérique des médias chrétiens

L’ex-CFO d’EVS est devenu un multiinvestisseur. Mais ce qui occupe le plus clair de son temps aujourd’hui c’est le développement de 1RCF, le nouveau réseau digital de la radio catholique.

C’était la fête il y a dix jours au CSA. Les locaux du régulateur de l’audiovisuel accueillaient le lancement officiel en Fédération Wallonie-Bruxelles, de la radio numérique (DAB +), technologie permettant d’enrichir l’offre tout en améliorant les conditions d’écoute. Parmi les patrons de radios présents, Jacques Galloy n’était pas le moins souriant. À 49 ans, ce Liégeois bon teint, fervent chrétien, pilote 1RCF, la nouvelle radio catholique francophone digitale. "C’est formidable, dit-il, nous allons pouvoir apporter les bonnes nouvelles et la Bonne Nouvelle sur l’ensemble du territoire de la Fédération!"

Jusqu’à présent, RCF – réseau de 65 radios locales françaises et belges créé dans les années 80 – c’était trois radios en FM à Bruxelles, Liège et Namur.

Reconversion éclectique

Pour la communauté entrepreneuriale et financière, Jacques Galloy est loin d’être un inconnu. Après avoir fait ses armes chez PwC et RTL Group, il a piloté pendant onze ans les finances d’EVS, la pépite liégeoise active dans les technologies numériques pour la télévision. Une époque bénie où EVS affichait des marges flatteuses qui faisaient pâlir de jalousie ses confrères. En 2013, il quitta l’entreprise pour incompatibilité d’humeur avec le nouveau CEO de l’époque, le hollandais Joop Janssen lequel ne fera d’ailleurs pas long feu.

©Debby Termonia

Depuis, il a joliment rebondi que ce soit comme investisseur et/ou administrateur tout en s’engageant dans la communauté chrétienne. Avec le digital comme fil conducteur de ce parcours éclectique.

"Je voulais profiter de cette nouvelle vie pour faire quatre choses, raconte-t-il attablé dans une petite salle de réunion en sous-pente au siège liégeois de RCF logée dans les locaux de l’Evêché. D’abord, vivre plus intensément avec mon épouse et mes cinq enfants; ensuite, vivre la transition digitale, c’est pourquoi j’ai appris à coder et à créer un site internet afin de comprendre de quoi on parle. Par ailleurs, je voulais mettre mon expérience à profit en investissant dans des petites sociétés technologiques liégeoises afin de les accompagner dans leur croissance et, enfin, dégager du temps bénévolement pour travailler sur le contenu médiatique lié à l’annonce de la Bonne Nouvelle."

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il a tenu parole, même s’il reconnaît travailler plus qu’à l’époque d’EVS. "La différence, c’est que je travaille le plus souvent de chez moi, beaucoup via Skype ou WhatsApp."

Sous la casquette d’investisseur et/ou administrateur, on l’a trouvé ces dernières années dans des société comme Physiol (implants intra-oculaires avec correction optique, mais revendue en février), Ateme (un des leaders dans le streaming et la compression vidéo en ligne), X-Ris (rayons X – il en est sorti récemment), Trasis (leader en radiopharmacie), Osimis (images médicales en open source), Noshaq (depuis 18 mois, il est administrateur de l’ex-Meusinvest), Mydimm (mobilier sur mesure en ligne), Andaman7 (échange de dossiers médicaux en ligne), Séraphin.be (courtage en ligne d’assurances) et Saje Productions, start-up parisienne active dans la production et la distribution de films "d’inspiration chrétienne", selon ses propres termes.

Le GPS des clochers

Ce dernier mandat permet à Jacques Galloy d’activer son réseau de contacts dans le milieu de l’Eglise. Bien utile quand, comme lui, on s’investit à fond dans les médias chrétiens, y consacrant ces derniers mois l’essentiel de son temps de manière totalement bénévole. Il ne le dira pas mais son ambition est de dépoussiérer tout ça en jouant la carte du digital. "La transition digitale me passionne, c’est une révolution comme on en n’a jamais connu, c’est une formidable opportunité pour nos médias chrétiens", martèle-t-il.

"La transition digitale est une formidable opportunité pour nos médias chrétiens."
jacques Galloy
patron de la radio catholique 1RCF, multi-investisseur radios

Exemple: le site egliseinfo.be qu’il développe depuis 2014 avec une équipe et qui reprend l’ensemble des horaires des messes en Belgique francophone: "C’est devenu le GPS des clochers, s’amuse-t-il. C’est du pur digital avec un moteur de recherche, du référencement, une page sur Facebook, le site enregistre 450.000 requêtes annuelles, et connaît une croissance de 30%."

Se considérant comme un "missionnaire du numérique", Jacques Galloy a monté une équipe et s’est investi à fond dans le dossier de candidature de RCF à un réseau DAB +. Un dossier de 200 pages qui leur a pris des mois de travail et qui continue à beaucoup les accaparer car une fois le réseau obtenu, il a fallu lancer la chaîne. "L’atout du digital c’est qu’il offre une équité sur les canaux de distribution, tout le monde bénéficie de la même couverture et de la même qualité d’écoute, relève-t-il. Ce qui va faire la différence c’est le message. Le numérique a permis une explosion des médias de sens, des médias inspirants alors que les grands médias audiovisuels traditionnels sont pris par un jeu publicitaire qui appauvrit leurs grilles de programmes."

Un coup de production diminué par 20

De manière pragmatique, Jacques Galloy remarque que le numérique permet de produire des contenus pour des coûts très faibles. "Le coût de la production a été diminué par vingt en vingt ans, aujourd’hui avec des bouts de ficelle on parvient à s’exprimer. Et pour des médias qui vivent que de dons et non de recettes commerciales, c’est évidemment une opportunité unique."

Le budget belge des quatre radios RCF est en effet modeste, de l’ordre de 650.000 euros en Belgique. 30% des ressources viennent des collectes lors des messes, 50% de l’appel aux dons des auditeurs et 20% de mécènes: associations, entrepreneurs, congrégations religieuses… "Cela nous permet de financer une dizaine d’équivalents temps plein et l’infrastructure technologique, détaille-t-il, mais nous pouvons aussi compter sur un réseau de 240 bénévoles, dont 95% sont des laïcs, dans la programmation, l’animation, les événements, etc. qui permettent de développer la notoriété. Nos 5.000 donateurs ont de vrais ambassadeurs."

650.000 euros
Un budget modeste
Le budget belge des quatre radios RCF est en effet modeste, de l’ordre de 650.000 euros en Belgique. 30% des ressources viennent des collectes lors des messes, 50% de l’appel aux dons des auditeurs et 20% de mécènes


Jacques Galloy l’admet: "La pratique religieuse baisse c’est indéniable, mais cette communauté reste très vivante, 65% de nos auditeurs sont engagés dans le bénévolat."

On s’en doute, les audiences sont assez modestes. Sur base d’une étude menée pour la seule antenne liégeoise et extrapolée aux deux autres radios, Jacques Galloy l’évalue aujourd’hui à environ 150.000 auditeurs par an, auxquels il faut ajouter l’écoute de 200.000 podcasts. "Mais avec la nouvelle radio en DAB +, on ambitionne de capter 500.000 auditeurs par an d’ici 2025", relève-t-il.

La force du réseau

Les radios RCF sont des radios de contenus: il n’y a que 30% de musique, 70% est parlé: infos, magazines, débats, ouverture aux autres cultes… Ce contenu est aussi alimenté via des collaborations avec le réseau de médias chrétiens. Là aussi, Jacques Galloy a répondu à plusieurs sollicitations. Il est administrateur de KTO TV, la télévision catholique (financée essentiellement par des dons, elle est basée à Paris mais avec des décochages belges) et de Cathobel, où il représente l’évêque de Liège: cette plateforme publie l’hebdomadaire Dimanche, produit la messe radiodiffusée sur la RTBF, possède une agence de presse et a propre site web. Ces ASBL sont autonomes mais collaborent entre elles.

Malgré cet emploi du temps de ministre, Jacques Galloy trouve encore le temps d’animer une fois par semaine une émission d’une heure dédiée à "de grands témoins inspirants" qui a déjà dépassé les 200 épisodes.

Son nom sonne comme un slogan marketing: "RCF God’s talents" (allusion à Belgium’s Got Talents, format de divertissement décliné un temps sur RTL). "J’y ai déjà reçu des patrons chrétiens comme Marc Nollet de Physiol, Jacques Berghmans, de Lhoist et Tree Top, Yves Warnand, de Dauvister, Bruno Colmant, Julien Compère du CHU de Liège… ou de politiques comme Raoul Hedebauw, des cinéastes, des journalistes mais aussi des gens ordinaires qui ont une vie extraordinaire comme des infirmières, des bénévoles etc. J’invite des gens de toutes les obédiences et, hormis quelques anti-cathos, j’ai rarement des refus. Je crois qu’aujourd’hui, l’intolérance a changé de camp."

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect