Jean-Paul Philippot porte plainte contre X pour calomnie et diffamation

Jean-Paul Philippot contre-attaque via son avocat. ©BELGA

L’affaire du salaire de Jean-Paul Philippot n’en finit pas de faire des vagues. Epinglé par mardi par Sudpresse qui évoquait un dossier déposé par les employés de la RTBF auprès du parquet pour dénoncer les agissements de leur patron, ce dernier, par la voie de son avocat, porte plainte

Nouvel avatar dans l’affaire du salaire de Jean-Paul Philippot. Mardi, Sudpresse faisait état d’un dossier à charge de l’administrateur général de la RTBF remis au parquet de Bruxelles par des  d’employés du service audiovisuel public. Il ne s’agit pas d’un dépôt de plainte.

Malgré les rapports commandés par le gouvernement de la Fédération Wallonie qui pointent, certes, des dysfonctionnements graves, mais pas de responsabilité personnelle de Jean-Claude Philippot, ces employés dénoncent la tromperie, la tentative dol et/ou le détournement d’actifs, et/ou le faux et l’escroquerie.

Règlement de comptes

"Les rapports d’audit ont montré que Jean-Paul Philippot n’avait pas enfreint la légalité"
Marc Uyttendaele
Avocat de Jean-Paul Philippot

Par la voie de son avocat, Marc Uyttendaele, Jean-Paul Philppot a annoncé qu’il allait porter plainte contre X pour calomnie et diffamation. "Cela suffit, nous a indiqué Marc Uyttendaele; tous les rapports d’audit ont montré que Jean-Paul Philippot n’avait pas enfreint la légalité; la circulaire plafonnant le salaire à 245.000 euros n’est pas une règle juridique et son salaire s’inscrit dans la moyenne de ceux des dirigeants de services audiovisuels public." Et d’ajouter que son client avait accepté de rembourser sans sourciller le trop-perçu de 60.000 euros, "ce qui n’est en rien une reconnaissance d’une éventuelle illégalité mais bien une volonté d’apaiser les tensions."

Pour lui, il s’agit d’un règlement de comptes destiné à salir la réputation de Jean-Paul Philippot alors que s’achève le processus de renouvellement de son mandat. Lequel a été validé tant par des experts externes que par le CSA. Ne manque plus que l’aval du gouvernement.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés