L’accès de fièvre spéculative sur Roularta tourne court

Fin 2019, Xavier Bouckaert, le CEO de Roularta, signalait qu'une sortie de la bourse n'était pas à l'ordre du jour. ©Kristof Vadino

Vendredi, l'action Roularta s'est envolée de 13%. Ce matin, elle chute de 8% après la publication des résultats semestriels du groupe. Explications.

Dans la torpeur caniculaire de la veille du 15 août alors que la cote bruxelloise tournait mollement en mode ventilo, l’action Roularta s’est enflammée achevant la journée sur un bond de près de 13%. A première vue, rien ne justifiait pareil emballement. Tout au plus pouvait-on rappeler que le groupe de média devait dévoiler ses résultats semestriels ce lundi matin.

Des chiffres qui, bien entendu, ont souffert de la crise sanitaire, mais qui ont démontré une certaine résilience. Pas de quoi expliquer la chute de plus de 8% de l’action à 12 euros en matinée.

Delisting?

C’est donc fort probablement de nouvelles spéculations sur une éventuelle sortie de la bourse de Roularta qui a mis le feu aux poudres vendredi, certains espérant une annonce en ce sens ce matin. Comme il n’en fut rien, le titre est tout bonnement redescendu sur terre.

"Grâce à un bilan solide, Roularta est bien armé pour affronter la tempête actuelle et pourrait sortir de cette crise plus fort que la plupart de ses concurrents."
Kris Kippers
Analyste chez Degroof Petercam

Ce scénario a été alimenté, fin 2019, par le renforcement de la participation de la famille De Nolf qui est passée de 68,4% à 71,2%. Ensemble avec la famille Claeys, ils détiennent 79,67% du capital. Même si, à l’époque, le CEO reconnaissait que l’action était sous-valorisée – début 2017, le titre a atteint 29 euros et n’a cessé de se contracter depuis – il précisait également qu’il n’y avait aucun projet de delisting.

Exempt de dette bancaire et doté d’une trésorerie de 93,1 millions d’euros, Roularta dispose des moyens financiers pour mener à bien une telle opération portant sur 20% du capital, sa capitalisation boursière atteignant 160 millions d'euros.

Chez KBC Securities, Guy Sips évalue à 60% les chances de voir Roularta quitter la bourse avec dans ce cas un objectif de cours de 17 euros. Si le groupe reste coté, il n’atteint plus que 14 euros ce qui donne, au final, un target moyen de 16 euros et une recommandation à "conserver".

Bien armé

1,4
Million €
Roularta a enregistré une perte de 1,4 million d'euros au 1er semestre contre un bénéfice de 3,8 millions un an plus tôt.

En ce qui concerne les résultats semestriels, signalons que le groupe a vu son chiffre d’affaires baisser de 18,5% à 120,6 millions tandis que son ebitda a été divisé par deux à 5,4 millions d’euros et que son résultat net s’est soldé par une perte de 1,4 million contre un bénéfice de 3,8 millions un an plus tôt.

Kris Kippers de Degroof Petercam ("conserver"; 15,5 euros) note que Roularta fait face à des perspectives et défis, qui se manifestent plus rapidement avec la crise du Covid-19, comme la digitalisation et la stagnation de la publicité: "Grâce à un bilan solide, Roularta est bien armé pour affronter la tempête actuelle et pourrait sortir de cette crise plus fort que la plupart de ses concurrents."

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés