L’appel d’offre pour l’audit du marché pub contesté

La ministre des médias Bénédicte Linard veut établir un audit du marché publicitaire pour ensuite dresser les conditions nécessaires à la mutation des médias vers un modèle moins dépendant de la pub. ©Tim Dirven

Selon certains, il est taillé sur mesure pour les "Big 4". Le cabinet de la ministre des médias s'inscrit en faux contre ces reproches.

Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) vient de lancer l’appel d’offres pour un audit du marché publicitaire. Celui-ci doit objectiver, selon lui, la situation réelle de la publicité en FWB afin de dresser ensuite les conditions pour faire muter les médias vers un modèle moins dépendant de la pub.

Mais il y a un hic : "Vu ses exigences, il paraît taillé sur mesure pour un des "Big 4" de la consultance, alors que nous, experts locaux, avons l’expérience requise puisque nous connaissons le marché et manions tous les jours ce genre de données", déplore un dirigeant d’une grosse agence médias.

"Il est possible de faire un travail qualitatif à moins de 300.000 euros."
Un dirigeant d'une grande agence médias

Les soumissionnaires doivent ainsi pouvoir se prévaloir de trois missions de consultance du même type d’un montant de 150.000 euros chacune. "Dans notre secteur, cela n’existe pas", tranche notre interlocuteur. "En outre", ajoute-t-il. "Titres et diplômes sont indiqués de telle manière, y compris en anglais, que l’appel d’offres semble avoir a été rédigé sur mesure par rapport à un prestataire pré-désigné". Il s’étonne aussi du montant – 300.000 euros TVAC – "Alors qu’il est possible de faire un travail qualitatif à un prix moindre" – et du délai imparti : "L’heureux élu sera connu fin août mais devra remettre son étude mi-novembre, alors que le document évoque une mission de 7 mois."

"Il n'y a aucune tentative de favoriser tel type de prestataire."
Le cabinet de la ministre des médias

Le cabinet de la ministre des médias Bénédicte Linard estime ces accusations infondées. " L’appel d’offres a été rédigé avec la cellule marchés publics de l’administration et validé par l’Inspection des Finances. Il n’y a aucune tentative de favoriser tel type de prestataire."

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés