L'effectif de BDO Belgique aura gonflé de 150 emplois en 2 ans

Hans Wilmots, CEO de BDO Belgique. ©Dries Luyten

Le bureau de conseil BDO surfe sur la vague de la numérisation et profite des apports de ses récentes acquisitions.

Le bureau BDO Belgique fait partie de ces entités du secteur du conseil qui créent de nombreux emplois ces derniers mois. L’an dernier, il a vu son effectif gonfler d’une centaine de personnes pour atteindre les 750. Les profils recrutés étaient de manière classique des réviseurs, des juristes et des fiscalistes, mais pas seulement: BDO a également engagé des ingénieurs et des psychologues. Parallèlement, le bureau belge a enregistré une forte croissance, avec un chiffre d’affaires en hausse de 21% à 90,7 millions d’euros.

La progression de l’effectif a deux sources, explique le CEO Hans Wilmots: "La hausse de l’activité, tirée par le département Advisory (conseil) qui a presque doublé son chiffre d’affaires à 26,9 millions, et l’acquisition de deux entreprises belges fin 2017 et en avril 2018, Crossroad et Ideas@Work." Au sein du département, ce sont la digitalisation, la cybersécurité, l’intérim management et les fusions et acquisitions qui ont soutenu la progression de 83% des revenus.

Les moteurs de la croissance

Crossroad est la société de consultance créée en 2007 par Carmen Cordier, la fille de John Cordier, l’emblématique patron de Telindus et du FC Malinois. Après la vente de Telindus à Proximus, Carmen Cordier avait fondé Crossroad pour accompagner les entreprises dans leur transformation digitale.  Un secteur où BDO Belgique voulait se renforcer. Mission accomplie, puisque  l’an dernier, un des principaux moteurs de la croissance a été la digitalisation.

"Un nombre croissant d’entreprises nous demandent du support dans leur politique de ressources humaines. Notre département les aide, en résumé, à trouver les bonnes personnes au bon endroit au bon moment.»
Hans Wilmots
CEO, BDO Belgique

"De plus en plus de clients sont conscients de la nécessité de revoir leur organisation sous l’angle de la numérisation, souligne Hans Wilmots. On l’observe en particulier dans la logistique et le transport, dans le domaine des ‘cités intelligentes’ et dans les process. C’est le fait non seulement des grandes entreprises, mais aussi des petites sociétés familiales." À noter que Carmen Cordier siège toujours au conseil de BDO Crossroad.

 Les deux acquisitions ont permis à BDO de mettre sur pied une nouvelle équipe spécialisée ès numérisation et de développer son know-how dans le conseil à la transformation des entreprises. Plus généralement, les principaux clients du bureau émanent des secteurs de la biotechnologie, de la distribution, de l’immobilier, des télécoms et de l’industrie (manufacturing).

50 emplois en 2019

Pour 2019, BDO Belgique prévoit de continuer à recruter. Sa direction a budgété l’engagement d’une cinquantaine de collaborateurs supplémentaires, pour totaliser 800 personnes d’ici la fin de l’année. Le bureau continuera d’élargir ses recherches aux ingénieurs et psychologues, ainsi qu’à des diplômes originaux, pour autant que leurs titulaires soient disposés à continuer à se former en interne. Pourquoi des psychologues? "Parce que nous développons notre activité  de ’Human Capital’, répond le CEO. Un nombre croissant d’entreprises nous demandent du support dans leur politique de ressources humaines. Notre département les aide, en résumé, à trouver les bonnes personnes au bon endroit au bon moment."

La réforme du Code des sociétés qui vient d’être votée à la Chambre pourra aussi générer un surcroît d’activités. "On ne sait pas encore à quelle vitesse les clients vont s’adapter, mais en effet le nouveau Code va les pousser à se transformer; ce sera peut-être dès cette année, peut-être à partir de l’an prochain."

Les Belges créatifs

BDO opère en Belgique au départ de onze sièges d’exploitation. Il génère 1% des revenus du réseau BDO au plan mondial (9 milliards de dollars) et emploie également 1% de l’effectif total (80.000 collaborateurs). Ce qui ne l’empêche pas de diffuser ses trouvailles et bonnes pratiques vers ses collègues des pays voisins. "Nous figurons parmi les 15 membres les plus innovants du réseau, dit Wilmots. Nous sommes très forts dans l’inventorisation digitale des processus industriels, par exemple. Nous avons aussi réussi à robotiser des procédures de déclaration fiscale." Des domaines où les petits Belges donnent le ton…

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect