La coopérative des Éditions de l'Avenir espère lever un million d'euros

La dizaine de membres fondateurs de la société coopérative Notre Avenir, initiée voici environ un an par le personnel des Éditions de l’Avenir, a lancé vendredi la souscription publique. ©BELGAONTHESPOT

Rassemblant personnel, lecteurs et investisseurs privés et publics, la société coopérative Notre Avenir entend peser sur les décisions futures de l’entreprise.

La dizaine de membres fondateurs de la société coopérative Notre Avenir, initiée voici environ un an par le personnel des Éditions de l’Avenir (EDA), a lancé ce vendredi une souscription publique visant à lever un million d'euros. Les futurs coopérateurs pourront acquérir des parts au prix de 50 euros chacune.

Les 10 fondateurs ont pris chacun 21 parts, les autres membres du personnel pourront acquérir entre 16 et 21 parts. Quant aux lecteurs, aux autres journalistes et aux experts médias, ils pourront acquérir entre 1 et 99 parts. Les investisseurs privés et publics pourront investir à partir de 100 parts.

6 collèges par type de coopérateurs

L’objectif est de peser sur les décisions stratégiques de l’entreprise, de garantir son ancrage local, l’indépendance rédactionnelle, de préserver nos valeurs et de constituer une communauté de lecteurs et de sympathisants autour du journal.
Jean-Christophe Herminaire
cofondateur de la coopréative Notre Avenir

La coopérative comptera 6 collèges par type de coopérateurs. Outre les fondateurs et le personnel des EDA qui formeront un premier collège, on retrouvera donc des collèges pour les lecteurs, les investisseurs privés, les investisseurs publics, les journalistes et les experts médias. Les fondateurs et le personnel disposeront de 5 sièges au conseil d’administration de la coopérative, les autres un siège chacun pour un total de 9 sièges

Le but est de lever un million d’euros d’ici le mois de mars, soit avant le processus de vente de l’entreprise, détenue par le groupe Nethys (émanation de l’intercommunale Enodia), tel que prévu par la déclaration de politique régionale du Gouvernement wallon. "L’objectif est de peser sur les décisions stratégiques de l’entreprise, de garantir son ancrage local, l’indépendance rédactionnelle, de préserver nos valeurs et de constituer une communauté de lecteurs et de sympathisants autour du journal", indique Jean-Christophe Herminaire, un des dix fondateurs.

Objectif: au moins 1 siège au CA

Les fondateurs ont obtenu la garantie du nouveau management de Nethys que la coopérative serait associée à la stratégie développée par le futur acquéreur. "Mais notre poids dépendra évidemment du montant levé; à cet égard un million d’euros semble un objectif tout à fait réaliste", ajoute Jean-Christophe Herminaire. "Les modalités concrètes devront être déterminées dans un futur pacte d’actionnaires", explique-t-il encoreLa coopérative détiendra donc une participation minoritaire dans l’entreprise et vise au moins un siège au conseil d’administration.

À l’heure actuelle, Les Éditions de l’Avenir suscitent l’intérêt de deux groupes. D’abord, IPM (La Libre, La DH), associé à trois investisseurs wallons (Bernard Delvaux, Pierre Rion et Juan de Hemptinne), qui ont déposé ensemble une offre de reprise ferme de 10 millions d’euros via une augmentation de capital aux termes de laquelle ils détiendraient environ 60% du capital des EDA. Une telle opération valoriserait les EDA autour de 16 à 17 millions. Ensuite, le groupe Rossel (Le Soir, Sudpresse, 50% de L’Echo) que l’on sait intéressé mais qui n’a pas encore fait officiellement d'offre. "Nous n’avons pas de préférence, indiquent les fondateurs de la coopérative, nous n’excluons pas non plus de marques d’intérêt de l’étranger. "

La souscription démarre en ligne ce vendredi via le site notreavenir.coop. Elle n’est pas limitée dans le temps.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés