La guerre du clan De Benedetti pour s'approprier La Stampa et La Repubblica

Carlo De Benedetti a présidé le groupe GEDI durant 10 années. ©BELGAIMAGE

La guerre fait rage dans le clan De Benedetti. Le père, Carlo, veut reprendre à ses trois fils le groupe d'édition GEDI.

En Belgique, le nom De Benedetti est désormais associé au raid mené fin des années 80 sur la Générale de Belgique. Depuis l'eau a coulé sous les ponts, mais du haut de ses 84 ans, Carlo de Benedetti reste un homme d'affaires avide de pouvoir.

rencontre entre Carlo de Benedetti et le Mark Eyskens en 1988 ©Photo News

Il vient, en effet, de lancer une bataille contre ses fils pour prendre le contrôle du groupe italien de presse, GEDI . L'action de l'éditeur des titres La Stampa et La Repubblica bondissait de plus de 12% en fin de matinée.

Absence de compétence et de passion

Carlo De Benedetti a transféré il y a sept ans sa participation dans CIR, holding contrôlant 43,8% de GEDI, à ses trois fils Rodolfo, Marco et Edoardo.

25 cents
euros
L'homme d'affaires dit proposer 0,25 euro par action GEDI, soit un prix équivalent au cours de clôture de jeudi.

Au cours du week-end, l'homme d'affaires italien a proposé d'acheter une participation de 29,9% dans GEDI au motif que ses fils "n'ont ni la compétence ni la passion requises pour être éditeurs" et que leur seule préoccupation a été de rechercher un acquéreur.

CIR a constamment rejeté les rumeurs de vente de GEDI. La holding a notamment démenti, en juillet, être en discussions avec le groupe français Vivendi.

Présidé pendant 10 ans par De Benedetti père

Dimanche, CIR a qualifié l'offre de Carlo De Benedetti d'inacceptable. L'homme d'affaires dit proposer 0,25 euro par action GEDI, soit un prix équivalent au cours de clôture de jeudi.

"Cette opération vise à relancer le groupe auquel j'ai été longtemps associé et que j'ai présidé pendant 10 ans."

"Je suis profondément attristé et déconcerté par l'initiative non sollicitée de mon père dont l'unique résultat est de créer une distraction futile et inutile pour les personnes travaillant chaque jour pour garantir la réussite future de GEDI", a réagi Rodolfo De Benedetti, président de CIR

Le titre GEDI gagnait 12,65% à 0,2850 euro en fin de matinée. Sur le site de La Repubblica, on lisait que les journalistes du titre vont analyser l'offre. 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés