La présidence du MR retarde celle de la RTBF

©RTBF

Prévus la semaine dernière, puis ce vendredi, l’intronisation du nouveau conseil d’administration de la RTBF et la nomination de son président ont à nouveau été reportées. Cette fois au 6 décembre.

Le premier report était dû à des questions de procédure — il fallait s’assurer qu’il n’y avait pas d’incompatibilité dans les mandats des différents membres — mais aussi aux marchandages entre présidents de partis pour l’octroi de certains postes de différents organismes publics, dont la RTBF.

Poussé par Charles Michel, Richard Miller partait favori. Mais Ecolo ne laisse pas faire.

Avec un administrateur général PS (Jean-Paul Philippot), une ministre des médias Ecolo (Bénédicte Linard) et un président du CSA également PS (Karim Ibourki), la présidence de la RTBF devrait logiquement revenir à un MR. Poussé par Charles Michel, Richard Miller, ancien ministre de l’audiovisuel et administrateur de la RTBF dans les années 80 partait favori. Mais Ecolo ne laisse pas faire. Le nom d’un de ses deux administrateurs, Baptiste Erkes, déjà observateur au CA lors de la précédente législature, circule. Belga évoque même une promesse faite par le PS à Ecolo pour cette fonction durant les négociations pour la formation d’une majorité.

Le second report est dû non seulement aux marchandages précités mais aussi au 2e tour de l’élection présidentielle au MR, ce vendredi. Des administrateurs MR ont dit être dans l’impossibilité à siéger le même jour à la RTBF.

Il reviendra donc au nouveau président du MR de poursuivre les négociations Il aura une semaine pour ce faire. "Faute de quoi, c’est le plus âgé, Richard Miller, qui occupera temporairement le poste car on voit mal la RTBF rester ainsi sans président", note une source. Surtout que l’ordre du jour de ce CA du 6 décembre est costaud avec le vote du budget 2020, l’adoption des grilles de rentrée, etc.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect