La reconversion réussie de Cartoonbase aiguise ses ambitions

Martin Saive, Luc De Brabandere et Thomas Doutrepont: le trio à la tête de Cartoonbase. ©Kristof Vadino

Cofondée par Luc De Brabandere en 2000, l’agence bruxelloise Cartoonbase a complètement revu son business model il y a cinq ans. Elle se concentre désormais sur les vidéos et le cartoon pour entreprises et institutions. Après une Lausanne, Paris est dans son viseur.

C’est bien connu, seul les imbéciles ne changent pas d’avis. Il y a cinq ans, Luc De Brabandere, ingénieur, "philosophe d’entreprise" et "fellow" au sein du Boston Consulting Group a bien fait de revoir le business model de Cartoonbase, une PME créée en 2000 avec l’illustrateur Olivier Saive. "L’idée était de créer une banque de dessins en ligne où les artistes pourraient poster leurs travaux et gagner un peu de sous, raconte-t-il. On a eu beaucoup de problèmes, notamment au niveau de l’indexation, bref ça n’a pas du tout marché." La société va alors vivoter. "On aurait pu arrêter, mais je sentais qu’il y avait un besoin d’illustrations pour aider les entreprises à réfléchir", poursuit-il.

Complémentarité

En 2015, c’est le déclic. Lors d’un séminaire animé par Luc De Brabandere, le graphiste Martin Saive, fils d’Olivier, rencontre Thomas Doutrepont, un ingénieur commercial qui a été étudiant de Luc de Brabandere. L’expérimenté consultant et les deux "petits jeunes" sont complémentaires. Le premier est un agitateur d’idées qui apporte son carnet d'adresses et son réseau; le deuxième a été créatif et fan de grandes agences de pub (Publicis, Leo Burnett); le troisième a un profil managérial. Il a été business analyst en Malaisie au sein de l’incubateur allemand de start-up Rocket Internet.

"Cartoonbase se profile désormais comme agence qui aide ses clients à communiquer sur des sujets de plus en plus complexes grâce au dessin et à la vidéo."
Luc de Brabandere
Cofondateur de Cartoonbase

Luc De Brabandere cède à chacun un tiers de ses parts. "On a fait table rase du passé, explique-t-il, Cartoonbase se profile désormais comme agence qui aide ses clients à communiquer sur des sujets de plus en plus complexes grâce au dessin et à la vidéo." Ses clients, ce sont des entreprises, mais aussi des institutions, des ONG... "Notre core business c’est la vidéo, détaille Martin Saive, avec des images réelles, de l’animation, mais aussi une combinaison des deux, c’est cela notre valeur ajoutée par rapport à d’autres agences." On songe par exemple à la scale-up StoryMe.

Trois pôles d'activité

©Kristof Vadino

Au fil du temps, Cartoonbase a développé ses projets de manière dispersée avant de se structurer, il y a un an, en trois pôles. Le "live" (illustrations et performances en direct pour des workshops, séminaires, événements, etc.), "l’agence vidéo" qui produit des vidéos, animées ou non, augmentées de datas, et relayées le plus souvent sur les réseaux sociaux des clients, et le département "Insight" dédié à des projets plus stratégiques. Cartoonbase a ainsi développé pour la Commission européenne un site pour lutter contre la violence faite aux femmes avec jeu interactif, vidéos diffusées sur les réseaux, etc.

Aujourd’hui, la société affiche quelques solides références comme Solvay, Air Liquide, ING, Huawei, la Société Générale, Vaudoise Assurances, Arte, la Commission européenne, la Croix-Rouge ou l’ONU. "Ce sont des sujets souvent compliqués, mais la vidéo permet de les rendre simples et compréhensibles", souligne Thomas Doutrepont.

Après Lausanne, Paris

300
vidéos
En 2019, Cartoonbase a produit près de 300 vidéos.

Si bien qu’aujourd’hui Cartoonbase affiche une croissance de 40% par an pour un chiffre d’affaires de près de 2,5 millions en 2019, année au cours de laquelle sa vingtaine de collaborateurs a produit 300 vidéos. Rentable, la société réinvestit ses bénéfices dans son développement. Installée à Ixelles, elle dispose aussi d’une antenne à Lausanne. C’est le fruit de sa collaboration avec le projet Solar Impulse de l’aéronaute suisse Bertrand Piccard. Pendant deux ans, elle a pris en charge sa communication: live, vidéo, production de contenus pour les réseaux sociaux...

Cartoonbase ne compte pas en rester là. Forte de sa clientèle française, dont des entreprises du Cac 40, le trio planche sur l’ouverture d’une antenne à Paris d’ici la fin de l’année.

©Cartoonbase

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés