La RTBF lance Tipik en fusionnant La Deux et Pure

Le lancement de Tipik est la plus grosse concrétisation de la stratégie "360 degrés" initiée par l'administrateur général de la RTBF, Jean-Paul Philippot. ©Photo News

En lançant cette plateforme dédiée aux millenials, c’est la première fois que la RTBF rassemble sous une même marque une télé, une radio et le digital

Son échec dans sa quête de la présidence de France Télévisions en juillet n’a pas déstabilisé Jean-Paul Philippot: "Je ne vais pas le cacher, c’est un regret, car c’était un défi personnel et une belle opportunité, mais cela m’a redonné de l’énergie pour affronter les défis à venir dans la crise actuelle", confiait le patron de la RTBF, à l’issue de la présentation des grilles de rentrée du service audiovisuel public.

Une rentrée forte, marquée avant tout par le lancement de Tipik, sa nouvelle offre multimédia dédiée aux millenials, alors que le plan Restart d’aide à la culture et à la production poursuit son cours. "Nous n’avons fait de concession ni sur l’investissement, ni sur l’offre, ni sur l’emploi, car c’est dans les moments de crise qu’on attend le service public, mais nous avons dû faire preuve d’agilité dans la manière de produire", observe Philippot tout en confirmant que, malgré des économies de 2 millions en 2020 et de 3 millions en 2021, le groupe terminera ces deux exercices en négatif, le marché pub ne se redressant pas comme prévu.

Plateforme unique

Dès le 7 septembre, Tipik rassemblera donc sur une même plateforme la radio Pure et La Deux télé – deux marques qui disparaîtront –, le tout mâtiné de digital. C’est la première concrétisation de la stratégie 360 degrés initiée en 2018 et qui se veut agnostique en matière de médias. Ce qui compte, c’est de toucher les quatre publics identifiés par la RTBF, dont ces millenials, dits aussi génération Y (25-40 ans). "Ils ont un pied dans le numérique et un autre dans le linéaire", détaille Jean-Paul Philippot. "Ils sont actifs, mobiles, acteurs de la société d’aujourd’hui et de demain et ont de grosses attentes en matière d’info et de divertissement. Il leur fallait une offre sur mesure.»

"Tipik, c'est une approche spécifique pour un public dédié, pas un concept marketing."
Jean-Paul Philippot
administrateur-général de la RTBF

Cette offre comprend notamment de nouveaux programmes, une grille télé plus lisible et une nouvelle matinale en radio. Côté digital, les réseaux sociaux et la plateforme Auvio constitueront les portes d’entrée de Tipik, dont l’offre sera aussi accessible via un site dédié. Et pour jouer la transversalité, la RTBF a identifié 25 "ambassadeurs" (animateurs, journalistes, humoristes…) à même de passer d’un média à l’autre au sein de la plateforme.

Telle qu’elle a été présentée, Tipik semble surtout viser des annonceurs peinant à toucher cette génération insaisissable. Jean-Paul Philippot s’en défend: "C’est une approche spécifique pour un public dédié, pas un concept marketing. Si on atteint nos objectifs d’audience, les annonceurs viendront et ce sera l’expression d’une réussite éditoriale." Selon lui, la stratégie n’a a priori pas vocation à être étendue à d’autres publics. Bref, ce n’est pas demain que La Une et Vicacité fusionneront. "Il faut d’abord que nous digérions ce lancement et voir s’il répond à nos attentes. Après on verra."

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés