La RTBF respecte globalement ses obligations, mais...

En 2018, la RTBF n'a pas rencontré l’objectif d’investir 25 % du montant minimal de son obligation dans les séries belges (ici La Trève) ©Heliotronc

Le contrôle annuel de la RTBF par le CSA indique que le service audiovisuel public respecte globalement les obligations de son contrat de gestion, mais pointe des progrès qui pourraient être faits en matière sportive et culturelle.

Le Collège d’autorisation et de contrôle du CSA a remis son avis sur l’exercice 2018 de la RTBF. Il s’agit du dernier contrôle basé sur l’ancien contrat de gestion, le nouveau étant entré en vigueur le 1er janvier 2019.

De manière générale, le bilan 2018 est positif pour la RTBF qui remplit ses missions de services publics établies par le contrat de gestion. Elle dépasse même régulièrement les objectifs fixés. Le CSA lui adresse un bon bulletin en matière de production propre, de programmes de développement culturel, de webcréation, de quotas de diffusion, de programmation jeunesse et d'éducation aux médias.

Culture et sport: peut mieux faire

Fort bien, mais le régulateur pointe aussi quelques points qui pourraient être améliorés.

Ainsi, le CSA invite la RTBF à diversifier sa programmation sportive afin d’apporter plus d’attention aux disciplines sportives moins médiatisées, aux sports pratiqués par les femmes et aux sports pratiqués par les personnes en situation de handicap. Une remarque déjà formulée un an plus tôt.

"Comme lors des contrôles précédents, la diversité des spectacles culturels diffusés en télévision par la RTBF ne reflète pas le dynamisme du secteur de la scène en Fédération Wallonie-Bruxelles"
Le Collège d’autorisation et de contrôle du CSA

Idem pour la culture. Le CSA observe à nouveau une concentration de l’offre culturelle sur La Deux et La Trois en ce qui concerne les magazines et sur la Trois pour les captations à caractère culturel. Le CSA encourage dès lors la RTBF à développer la transversalité de son offre culturelle afin de l’exposer à un public aussi large que possible.

En outre, bien que les quotas en la matière soient atteints, le CSA constate une fois de plus que la diversité des spectacles diffusés en télévision ne reflète pas le dynamisme du secteur de la scène en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Enfin, le CSA constate que la RTBF ne rencontre pas l’objectif d’investir 25 % du montant minimal de son obligation dans les séries belges. Cependant, le gendarme de l'audiovisuel estime opportun qu'elle puisse disposer d’une certaine flexibilité dans la liquidation du Fonds RTBF/Fédération Wallonie-Bruxelles pour les séries.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect