Le CSA installe son nouveau Collège d'avis

Karim Ibourki, président du CSA ©Frédéric Pauwels / HUMA

Cet organe de quasi corégulation a pour mission principale de rendre des avis sur toute question relative à l'audiovisuel.

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) a installé ce mardi son nouveau Collège d'avis. Dorénavant composé de 18 membres effectifs, cet organe de quasi corégulation avait vu son fonctionnement réformé lors de la révision du décret sur les services de médias audiovisuels. Le Collège d'avis a pour mission principale de rendre, d'initiative ou à la demande du gouvernement ou du parlement de la Communauté française, des avis sur toute question relative à l'audiovisuel.

"Le Collège d'avis a vu sa composition resserrée autour des professionnels du secteur dans l'esprit d'une meilleure efficacité"
Karim Ibourki
Président du CSA

"Le Collège d'avis a vu sa composition resserrée autour des professionnels du secteur dans l'esprit d'une meilleure efficacité tout en préservant la possibilité, voire l'obligation lorsqu'il s'agit d'établir un règlement, un avis ou une recommandation, de consulter plus largement les secteurs concernés afin notamment que la voix des usagers et des associations puisse être entendue", a souligné le président du CSA, Karim Ibourki.

"Nous avions constaté que le précédent Collège d'avis avait un côté pléthorique", a confirmé le ministre des médias Jean-Claude Marcourt (PS), précisant que l'organe en question ne s'était plus réuni depuis très longtemps.

 

Face à ces constats, l'instance a donc été restructurée pour laisser place à une nouvelle structure dorénavant composée de 18 membres effectifs et autant de suppléants avec voix délibérative, ainsi que de cinq membres effectifs et autant de suppléants avec voix consultative.

Parmi les membres effectifs avec voix délibérative figurent des représentants de la RTBF, de la Fédération des télévisions locales, des éditeurs de services, de radios provinciales, indépendantes ou associatives, des distributeurs de services et d'opérateurs de réseaux. Quant aux membres effectifs avec voix consultative en font notamment partie l'Union des producteurs de films francophones (UPFF), ainsi que des représentants du Conseil de déontologie journalistique et de Lapresse.be.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés