Le personnel de L'Avenir approuve les deux préaccords

Le personnel de l'Avenir avait plusieurs fois manifesté sa colère suite à l'annonce du plan de restructuration. ©Photo News

Il s'est prononcé à une vaste majorité en faveur des préaccords négociés ces derniers jours entre direction et syndicats sur les volets social et organisationnel du plan de restructuration.

Réuni en assemblée générale mercredi, le personnel des Editions de l’Avenir a approuvé le double préaccord (volets social et organisationnel) signé entre direction et syndicats sur le plan de restructuration, peut-on lire sur le site du quotidien régional. 174 personnes ont voté pour, 25 contre, 7 se sont abstenues, auxquelles s’ajoute un vote nul. Une nouvelle convention collective de travail va être signée.

Quarante-cinq emplois seront supprimés. C’est quinze de moins que ce qu’avait annoncé le 23 octobre la direction. Ces départs se feront via le régime des prépensions et sur base volontaire. Il n’y aura donc pas de licenciement sec. Par ailleurs, une dizaine de profils plus jeunes, rompus au digital (le talon d’Achille du journal) seront recrutés l’an prochain pour la rédaction. Cette dernière sera donc finalement amputée de près de 22 équivalents temps plein, contre 36 initialement prévus. Le volume d'emplois sera garanti pour les deux années à venir.

La direction s’est par ailleurs engagée à investir 6,5 millions d’euros dans les trois prochaines années, essentiellement pur accélérer la digitalisation de l’entreprise. Enfin, comme prévu, le journal qui sera bientôt imprimé chez Rossel, passera en format "demi-berlinois" (légèrement plus petit que le format actuel) et non pas au format "berlinois" (celui du Soir, de Sudpresse et de L’Echo, tous imprimés par Rossel), conformément au souhait de la rédaction.

45
départs
Le plan prévoit le départ de 45 équivalents temps plein.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content