Publicité
Publicité

Les candidats à la reprise du pôle presse de Nethys ont déposé leur offre

Les Éditions de l'Avenir constituent le principal actif du pôle presse de Nethys. ©Belgaimage

Rossel, IPM, Roularta et Fidelium Partners ont remis leur offre jeudi. Nethys va ensuite arrêter une liste restreinte de candidats avec lesquels les négociations se poursuivront pour aboutir à une offre liante.

Les quatre candidats retenus par Nethys pour la reprise de son pôle presse ont déposé leur offre dans les délais. Ce pôle comprend Les Éditions de l’Avenir (L’Avenir et le Journal des Enfants), L’Avenir Advertising (Proximag) et L’Avenir Hebdo (Moustique et Télé Pocket). Les offres étaient attendues hier jeudi 16 avril.

"C'est un dossier stratégique pour nous."
François le Hodey
CEO du groupe IPM

La pression qui pèse sur les groupes de médias candidats, affectés par l’effondrement de leurs recettes publicitaires, ne les empêche donc pas de se tourner vers… l’avenir. Certains auraient en effet pu jeter l’éponge pour se consacrer à la gestion de la crise. "Au contraire, c’est un dossier stratégique pour nous ", confie François le Hodey, CEO du groupe IPM (La Libre, La DH…) dont les activités dans les paris sportifs et les voyages sont pourtant fort affectées. Aux côté d’IPM, qui avait déjà fait une offre de 10 millions d'euros à l'automne dernier pour contrôler 60%), les autres candidats sont Rossel (Le Soir, Sudpresse…), Roularta (Le Vif/L’Express, Trends…) et le fonds d’investissement allemand Fidelium Partners, surtout actif dans l’industrie.

"Si le prix de vente constituera un élément essentiel, les candidats devront assurer le pluralisme, développer la stratégie digitale, respecter l’ADN des journaux et maintenir le siège de L'Avenir à Namur."
Nethys

Le conseil d’administration de Nethys va à présent examiner ces offres. Si le prix de vente constituera un élément essentiel, les candidats devront assurer le pluralisme, développer la stratégie digitale, respecter l’ADN des journaux et maintenir le siège de L'Avenir à Namur. Il est aussi question d'intégrer dans la nouvelle structure la coopérative Notre Avenir créée fin 2019 par le personnel.

Sur cette base, Nethys arrêtera une liste restreinte de candidats avec lesquels les négociations se poursuivront pour aboutir à une offre liante. Ce devrait être fait d’ici un à deux mois. 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés