Les Flamands restent satisfaits de la VRT

©BELGA

Une enquête a révélé que le Flamand est, en règle générale, satisfait de la VRT. Cette enquête intervient alors que le nouveau contrat de gestion doit être négocié dans les prochains mois et que le CEO de la chaîne publique s'est fait licencier par le gouvernement flamand.

Le flamand est en règle générale satisfait de la VRT et trouve très important que le service public continue à diffuser des programmes d'information, d'éducation, culturels et de divertissement, selon une enquête du SARC (Strategische Adviesraad voor Cultuur) menée dans l'optique de l'établissement du nouveau plan de gestion.

Quelque 1.900 flamands âgés de 16 ans et plus ont été questionnés par le bureau d'étude Indiville. Une enquête similaire avait été menée en 2010 et en 2015, et les conclusions étaient déjà assez semblables: le flamand est en règle générale satisfait de la VRT.

Plus de la moitié des répondants (53%) attribue au diffuseur public une note comprise entre 8 et 10 sur 10, et un quart une note de 6 ou 7. Seuls 17% donnent à peine la moitié ou moins. Le score moyen de la VRT est de 7,2/10.

La VRT joue un rôle important

La plupart des flamands estiment que la VRT joue un rôle "important ou très important". En moyenne, l'importance du média public est d'un peu plus de 8 sur 10 pour les sondés. Ils estiment que les missions principales du diffuseur sont l'information, l'éducation, la culture et le divertissement, mais le Flamand attend surtout des nouvelles objectives et neutres et a d'importantes attentes en ce qui concerne la lutte contre les 'fake news'.

Pour l'offre sportive, si la majorité trouve qu'elle peut rester inchangée, un tiers des répondants aimeraient la voir réduite. Ils sont beaucoup moins nombreux qu'avant (36%, contre environ 50% lors des derniers sondages similaires) à juger utile que la VRT se batte avec la concurrence pour obtenir les droits télés coûteux de grandes compétitions sportives.

Le nouveau contrat de gestion de la VRT doit être conclu avec le gouvernement flamand dans les mois qui viennent. Mais c'est désormais un CEO ad interim qui dirige le diffuseur public, après l'éviction de l'administrateur délégué Paul Lembrechts par le ministre Dalle. Un licenciement aussitôt dénoncé par les syndicats, et qualifié d'"inacceptable". Pour eux, Lembrechts s'est clairement mouillé en s'opposant aux économies drastiques que le gouvernement flamand veut imposer.

Le personnel de la VRT se met en grève pendant 24 heures à partir de minuit ce dimanche, pour 24 heures, afin de faire entendre son mécontentement. 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect