Publicité

Les héritiers de Samsung cèdent des Picasso, Monet et Gauguin

L'ancien président de Samsung, Lee Kun-hee, décédé en octobre 2020, a laissé un patrimoine estimé à 16,4 milliards d'euros. ©BELGAIMAGE

Confrontés à des droits de succession de près de 9 milliards d'euros, les héritiers de Samsung se sépareront d’une impressionnante collection d’œuvres d’art.

Des peintures de renom de Pablo Picasso, Paul Gauguin, Joan Miro, Claude Monet et Salvador Dali vont bientôt être offertes au Musée national d'art contemporain de Séoul. La cause indirecte de cette impressionnante donation ? Le décès, en octobre dernier, de Lee Kun-hee, l'ancien patron de Samsung, qui était devenu la première fortune sud-coréenne, laissant derrière lui un patrimoine estimé à 16,4 milliards d'euros.

9
milliards d’euros
Les héritiers de l’ancien président de Samsung doivent payer une ardoise fiscale de près de 9 milliards d’euros

Ces donations d'œuvres d'art devraient en effet permettre d’alléger les droits de succession réclamés à la famille, parmi les plus élevés jamais demandés, la Corée du Sud ayant une législation très stricte sur les successions.

En vertu de la loi, les héritiers de l’ancien président de Samsung, un groupe qui pèse à lui seul un cinquième du PIB de la Corée du Sud, doivent payer une ardoise fiscale de près de 9 milliards d’euros, soit la moitié du patrimoine total de feu l'ancien président.

Scrutée de près

Le communiqué de Samsung, qui précise que la famille s'acquittera de ces impôts en six tranches, à partir de ce mois-ci, aura toutefois laissé un goût de trop peu dans la bouche des investisseurs, tant cette ardoise fiscale était scrutée de près.

"Les investisseurs ont été généralement déçus par l'absence de détails sur la manière dont les participations seront réparties."
Lee Sang-hun
Analyste chez HI Investment & Securities.

Le patrimoine familial inclut en effet des actions dans Samsung Electronics, Samsung Life et Samsung C&T, la société de holding de Samsung, qui a vu ses actions chuter jusqu’à 5,5% après l’annonce, dont le contenu était particulièrement attendu en raison d'une potentielle dilution de la participation majoritaire de la famille dans le groupe Samsung.

"Les investisseurs ont été généralement déçus par l'absence de détails sur la manière dont les participations seront réparties", a indiqué l'analyste Lee Sang-hun de HI Investment & Securities.

Art et charité

À défaut d’avoir satisfait la curiosité des investisseurs, Samsung a déjà précisé que les héritiers donneront 23.000 pièces d’une impressionnante collection d’œuvres d’art et d’antiquités, dont la valeur totale est estimée entre 2.000 et 3.000 milliards de won (1,48 – 2,22 milliards d’euros).  

Mille milliards de won doivent également être donnés pour des bonnes œuvres dans le domaine de la santé, dont la moitié doit servir à financer le premier hôpital de Séoul spécialisé dans les maladies infectieuses.

Lee Jae-yong, patron de facto du groupe Samsung, arrive au tribunal du district central de Séoul dans le cadre d'un scandale de corruption. ©Photo News

L'annonce de ces donations aura en tout cas eu le mérite de renforcer le soutien populaire à Lee Jae-yong, le fils et patron de facto du groupe Samsung, qui est actuellement incarcéré pour corruption.

"Samsung fait tout cela pour le grand public. S'il vous plaît, libérez Lee Jae-yong!", écrivait notamment un internaute.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés