Les syndicats de RTL veulent allonger la phase de négociation

©Photo News

La première réunion de la phase 2 de la loi Renault entre direction et syndicats de RTL n’a pas permis d’aplanir les différends.

L’heure n’est toujours pas à la détente chez RTL dans le cadre du plan de transformation #evolve qui prévoit la suppression de 87 emplois. On se souvient que, lassée par la durée interminable de la phase 1 dédiée à l’information des travailleurs, la direction avait décidé lundi d’y mettre un terme malgré le refus des représentants du personnel qui estimaient ne pas avoir obtenu suffisamment de réponses à leurs nombreuses questions (583!).

La réunion de ce mercredi n’a pas permis d’avancer. "Il y a toujours un écart important entre les propositions de la direction au niveau des packages de départ et les attentes du personnel", indique un syndicaliste. Pour la direction, ce point a déjà fait l’objet de nombreuses réunions et il ne devrait plus nécessiter que quelques jours pour être finalisé, peut-on lire dans un communiqué envoyé ce mercredi au personnel et dont L’Echo a pu prendre connaissance.

Côté syndical on ne l’entend pas de cette oreille: on agite toujours la menace d’intenter un recours auprès du service régional de l’emploi (Actiris) afin d’allonger de 30 à 60 jours la durée de la phase de négociation, comme le prévoit la procédure Renault. Le demande doit être faite vendredi au plus tard.

Bientôt la grève? 

La tension monte donc. Dans ce même message, la direction, se référant à un communiqué adressé mardi par les représentants des travailleurs au personnel, dit y relever des propos "désobligeants, vexatoires et accusateurs tenus à plusieurs reprises à l’égard du management". "Contrairement à ce que Philippe Delusinne dit, nous n'avions, à aucun moment, pris l’engagement de passer en phase 2 en date du 19 février", pouvait-on notamment lire dans ce dernier texte. Les deux parties divergent donc sur le caractère imminent de boucler la phase 1.

Autre pomme de discorde: l’âge des personnes concernées par le plan social. Côté syndical, on déplore que 75% des personnes concernées par le plan de départ ont 45 ans et plus. "Retrouver du travail à partir de cet âge, et dans notre secteur, devient vite difficile, voire impossible", disent les représentants du personnel. "Outre le fait que RTL Belgium serait donc, selon vous, la seule entreprise en Belgique où l’on serait considéré comme senior dès 45 ans, vous omettez de préciser que ce rapport de proportion est dicté par la pyramide des âges observée au sein de RTL Belgium. Avec un personnel dont la moyenne d’âge est de 44 ans, il est inévitable que les licenciements impactent davantage les personnes de 45 ans et plus", réplique la direction qui s’interroge sur la volonté réelle des représentants des travailleurs d’aboutir.

On observera enfin que si un préavis de grève a été déposé l’automne dernier, aucun arrêt de travail n’a encore été enregistré. Reste à voir jusque quand.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés