portrait

Meredith Kopit Levien, la prime à la jeunesse du New York Times

Meredith Kopit Levien succède ce mardi à Mark Thompson au poste de PDG du New York Times. A 49 ans, elle est la plus jeune patronne du prestigieux quotidien.

Certains, outre-Atlantique, parlent d'une ascension météorique. Meredith Kopit Levien n'aura effectivement mis que sept ans à accéder à la tête du New York Times, où elle était arrivée en juillet 2013.

C'est ce mardi en effet que cette femme de 49 ans, nommée en juillet dernier, succède à Mark Thompson, 62 ans, au poste de président et CEO du célèbre quotidien new-yorkais.

CV express

  • Naissance en 1971 à Richmond (Virginie)
  • Diplômée en rhétorique (University of Virginia)
  • 2003 : directrice adjointe d'Atlantic Media, éditeur de The Atlantic Magazine
  • 2006 : directrice de publication du magazine "02138"
  • 2008 : directrice de Forbes Life Magazine
  • 2012 : chief revenue officer (responsable de l'optimisation des revenus) de Forbes Media
  • 2013 : directrice de la publicité de New York Times Company
  • 2015 : chief revenue officer du New York Times
  • 2017 : directrice opérationnelle du New York Times
  • 2020 : présidente et CEO du New York Times
  • Mariée à Jason Levien, copropriétaire du club de foot DC United, avec qui elle a eu un fils

Le choix de Meredith Kopit Levien a rallié tous les suffrages au sein du conseil d'administration. "Meredith a une compréhension très approfondie du modèle d'affaires du Times et une passion pour sa mission journalistique", soulignait en juillet Arthur Ochs Sulzberger, directeur de la publication du New York Times.

Meredith Kopit Levien devient ainsi la plus jeune PDG du New York Times. Ce sera aussi la deuxième femme à occuper cette fonction, après Janet Robinson, qui a assumé cette fonction durant sept ans avant d'être limogée en 2011 à la suite des mauvaises performances financières du journal new-yorkais.

Regain de santé

L'entrée en fonction de la nouvelle CEO coïncide avec un net regain de santé du quotidien. D'abord en charge de la publicité au moment de son arrivée en 2013 après cinq ans d'expérience chez Forbes Media, elle a très vite trouvé les moyens de redresser les revenus publicitaires, qui avaient baissé de moitié (de 1,3 milliard de dollars en 2000 à 667 millions en 2013).

Nommée directrice opérationnelle (COO) du journal en 2017, Meredith Kopit Levien a largement contribué au virage du New York Times vers le numérique et au développement du modèle payant en ligne. "Elle a amélioré tout ce qu'elle a touché dans le groupe", résume Arthur Ochs Sulzberger.

667
millions $
Les revenus publicitaires du New York Times avaient baissé de 1,3 milliard de dollars en 2000 à 667 millions en 2013.

La carte de la souscription jouée par Meredith Kopit Levien s'avère un maître atout. En avril dernier, le New York Times comptait plus de 6 millions d'abonnés. Une étape de plus sur son objectif d'atteindre 10 millions d'abonnés d'ici 2025. Selon Meredith Kopit Levien, le réservoir de lecteurs non encore abonnés au Times atteindrait même 100 millions de personnes.

Pas qu'une offre journalistique

La progression ne passera pas que par une offre journalistique indépendante et de qualité. Dans une interview publiée par le New York Times au moment de sa désignation au poste de PDG, Meredith Kopit Levien n'a pas fait mystère de sa volonté de développer parallèlement d'autres sources potentielles de revenus comme par exemple des jeux (mots croisés, sudoku) en ligne.

Cette idée n'a rien de fantaisiste: depuis son accession au poste de directrice opérationnelle en 2017, les produits numériques du New York Times comme NYT Cooking (recettes culinaires) ou l'application Crossword (mots croisés) ont été d'importantes sources de revenus pour le numérique.

Mais les défis à relever sont importants. La crise du Covid-19 a fait de la publicité un champ de ruines dans le paysage médiatique américain. Et la possible fin de l'ère Trump pourrait priver le New York Times, comme d'autres, d'un réservoir de lecteurs assoiffés d'analyses et d'informations fiables.

Journaliste à l'université

Meredith Kopit Levien a découvert le New York Times alors qu'elle était lycéenne à Richmond (Virginie). Ses parents avaient souscrit un abonnement à l'édition du dimanche. Elle s'est lancée dans le journalisme en collaborant au journal de l'Université de Virginie, The Cavalier Daily, avant de se tourner vers la vente.

Workaholic

La force de travail de Meredith Kopit Levien est saluée à l'unanimité dans le monde médiatique américain. "Je ne sais pas quand elle dort. Elle doit bien y arriver à certains moments, mais c'est un mystère pour tout le monde”, a dit un jour Mike Perlis, son ancien patron chez Forbes.

Indépendance préservée

Le New York Times a été soumis à de fortes pressions politiques sous la présidence de Donald Trump. Meredith Kopit Levien, la nouvelle PDG, a tenu à rassurer ses collaborateurs et ses lecteurs: le 'Times' continuera de lutter pour la préservation d'un journalisme indépendant et de qualité, a-t-elle dit au moment de son intronisation.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés