Nethys lance officiellement le processus de vente de son pôle presse

©BELGA

Et y a mis des critères. Les candidats acquéreurs devront mettre un prix correct, assurer le pluralisme, développer la stratégie digitale et respecter l’ADN des journaux.

Nethys a officiellement lancé le processus de vente de son pôle presse, tel que décidé par le gouvernement wallon. Et y a mis des critères. Les candidats acquéreurs devront mettre un prix correct, assurer le pluralisme, développer la stratégie digitale et respecter l’ADN des journaux. Il est aussi question d’intégrer dans la nouvelle structure la coopérative Notre Avenir, créée fin 2019 par le personnel.

Outre le quotidien L’Avenir, le package comprend également l’hebdo gratuit Proximag, le Journal des Enfants ainsi que les magazines télé Moustique – "une bonne petite affaire" selon Laurent Levaux, administrateur de Nethys – et Télé Pocket, tous deux logés dans une autre structure, L’Avenir Hebdo.

Valorisation

Comme révélé il y a quinze jours par L’Echo, le bureau de conseil EY et la banque d’affaires De Groof Petercam sont à la manoeuvre. Mais que vaut L’Avenir? Difficile à dire. Nethys l’avait racheté à l’automne 2013 pour 26 millions d’euros. Depuis, la société a perdu quelque 14 millions d’euros. L’automne dernier, le groupe de médias IPM (La Libre, La DH….) associé à un quatuor d’investisseurs wallons avait remis une offre formelle. Ce consortium avait à l’époque proposé de procéder à une augmentation de capital, tournant autour de 10 millions d’euros pour contrôler environ 60% du groupe, ce qui le valoriserait autour de 16 à 17 millions.

16 à 17
millions d'euros
L'automne dernier, un consortium d'investisseurs réuni autour du groupe IPM valorisait les Editions de l'Avenir entre 16 et 17 millions d'euros

Outre le groupe précité, on épingle parmi les repreneurs potentiels le groupe Rossel (Le Soir, Sudpresse…) - mais sa candidature éventuelle pourrait poser des problèmes de concurrence - ainsi qu‘un groupe "du Nord de la France ". Quoi qu’il en soit, les vendeurs entendent ne pas traîner et, pour ce faire, vont, un mois durant, donner une large publicité au dossier.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés