interview

Philippe Delusinne: "La télévision va retrouver ses lettres de noblesse"

Philippe Delusinne profite de son confinement pour s'aérer régulièremen avec son épouse Brigitte dans la campagne beerseloise. A deux pas de son domicile - respect des directives gouvernementales oblige! ©doc

Confiné chez lui depuis dix jours, le patron de RTL Belgium estime que la crise du coronavirus va amener les entreprises à s'interroger sur leur manière de travailler.

C’est par une intervention solennelle sur le plateau du RTL Info, mais destinée uniquement à ses troupes, que Philippe Delusinne, patron de la chaîne privée, a entamé son confinement, la semaine dernière. Dans un message au ton évoquant un discours royal – "il est exceptionnel que je m’adresse à vous par ce canal et d’une telle manière" – il leur a expliqué comment l’entreprise allait fonctionner dans les semaines qui viennent.

Télétravail oui, mais...

En clair, télétravail pour tout le monde – même si pour un média audiovisuel, c’est un tantinet compliqué: il faut continuer à envoyer les équipes en reportage sur le terrain, réaliser les journaux d’informations en studio, ce qu’en jargon on appelle "assurer la continuité d’antenne". En radio par contre, certains animateurs font leurs émissions chez eux, derrière leur ordinateur, comme les vedettes maison, Sandrine Corman et Michael Miraglia pour leur émission de solidarité "Belges à domicile" sur Bel RTL.

À l’heure d’écrire ces lignes, jeudi, RTL Belgique n’avait cependant pas encore pris de mesures concrètes d’économie, bien que ses revenus publicitaires reculent fortement, alors que, paradoxalement, les audiences cartonnent: "Mais nous réfléchissons à placer certains en chômage économique à temps partiel", indique Philippe Delusinne, "car des activités sont à l’arrêt, comme les partenariats, puisqu’il n’y a plus aucun événement."

Donner l'exemple

"Avec le télétravail, on va à l’essentiel, on ne perd pas son temps, cela va nous amener à réfléchir sur notre manière de fonctionner à l’avenir."
Philippe Delusinne
CEO de RTL Belgium

Charité bien ordonnée commençant par soi-même, Philippe Delusinne a donné l’exemple en se repliant sur son domicile beerselois, au sud de Bruxelles. Une situation inédite pour cet homme de réseaux et de contacts. "Nous tenons un comité de direction tous les jours de 9h à 11h par Skype, ensuite je passe ma journée au téléphone, ma batterie est beaucoup plus vite plate que d’habitude", explique-t-il, préférant retenir le côté positif de ce confinement qu’il qualifie de "moment historique qui va changer les rapports entre les gens, les habitudes de consommation et la manière de travailler".

D’abord au niveau professionnel. "Même si cela rend les relations un peu désincarnées, on va à l’essentiel, on ne perd pas son temps, cela rend le travail plus efficace", dit-il, "cela va nous amener à réfléchir sur notre manière de fonctionner à l’avenir même si bien sûr on ne va pas généraliser le télétravail." Chez RTL Belgium, on se veut aussi bon citoyen: via des capsules humoristiques, les stars de la chaîne invitent les Belges à rester chez eux. "Et nous adoptons, je pense, le juste ton dans nos émissions: réaliste sans être alarmiste."

Nouveau mode de vie

"La télévision reste un formidable outil de lien social en ces temps difficiles."
Philippe Delusinne

Sur le plan personnel ensuite. "Je peux me lever un peu plus tard que d’habitude, je ne vais plus au restaurant et je mange plus sainement, je m’aère davantage dans la campagne environnante, j’ai plus de temps pour lire et j’en profite pour recontacter des gens que j’avais un peu perdus de vue, constate-t-il. En revanche, comme pour beaucoup de gens, ce qui est plus difficile, c’est de ne plus voir ma mère, mes enfants et mes petits-enfants."

Forcément, Philippe Delusinne regarde aussi beaucoup la télévision: "Une fois encore et contrairement à ce que martèlent les cassandres, je me rends compte que la télévision reste un formidable outil de lien social en ces temps difficiles; alors que d’aucuns prédisent sa fin, je crois au contraire qu’elle va retrouver ses lettres de noblesse."

Lire également

Publicité
Publicité