Pourfendeur du régime chinois, l'Apple Daily a été bâillonné

Pour son dernier numéro, l'Apple Daily a été tiré à 1 million d'exemplaires ©AFP

Victime de la loi sur la sécurité nationale en Chine, le quotidien le plus populaire d'Hong Kong a vu ses actifs gelés. Et a été contraint de cesser de paraître.

Le quotidien hongkongais Apple Daily a cessé de paraître. Non pas victime des Gafan et du numérique. Mais du pouvoir communiste chinois. Créé il y a 26 ans à l’initiative de Jimmy Lai, un homme d’affaires de 72 ans ayant fait fortune dans l'habillement, le tabloïd de Hong Kong a publié jeudi son dernier numéro. Tiré à un million d'exemplaires, il s'est arraché, les gens faisant la queue pour l'acheter. Seul subsiste son site web détenu par une filiale de Next Digital, maison-mère du titre.

L'imposition en 2020 par Pékin d'une loi sur la sécurité nationale a signifié le début de la fin pour ce média populaire qui, dans ses heures de gloire, se vendait à 400.000 exemplaires. "Cette loi sonne le glas pour Hong Kong. Elle s’attaque en même temps à l’État de droit qui prévalait à Hong Kong et à nos libertés. C’est pire que ce que les plus pessimistes avaient imaginé", déclarait ainsi il y a un an au Monde Jimmy Lai. Mais, alors que les autres journaux sont rentrés dans le rang, l’Apple Daily a continué à pourfendre les dirigeants chinois.

"La mise à mort d'un des derniers grands médias en langue chinoise critique du régime de Pékin, après des années de harcèlement, envoie un message glaçant aux journalistes de Hong Kong."
Cédric Alviani
Directeur du bureau Asie de l’Est de RSF

Il y a une semaine, 500 policiers ont effectué une descente dans les locaux du quotidien. Ils ont chassé les journalistes de leurs bureaux et saisi leurs ordinateurs et téléphones, rapporte l’ONG Reporters sans Frontières. Cinq dirigeants du média ont été arrêtés sous l’accusation de "complot de collusion avec des forces étrangères", crime passible de la réclusion à perpétuité en vertu de cette fameuse loi. Le gouvernement de Hong Kong a aussi ordonné le gel des actifs de l’Apple Daily désormais incapable de payer ses employés, dont 700 journalistes, et ses fournisseurs. "La mise à mort d'un des derniers grands médias en langue chinoise critique du régime de Pékin, après des années de harcèlement, envoie un message glaçant aux journalistes de Hong Kong", a réagi l'ONG.

Tiananmen, le déclic

Peu politisé jusqu’aux manifestants pro-démocratie sur la place Tiananmen à Pékin en 1989, Jimmy Lai est devenu par la suite plus engagé. Au point de lancer son propre organe de presse, l’Apple Daily, en 1995, dont le nom s’inspire de… l’Ancien Testament: "Si Adam et Eve n’avaient pas croqué la pomme, il n'y aurait pas de mal et s’il n’y a pas mal, il n’y a pas de nouvelles", a-t-il un jour déclaré.  

L’Apple Daily s’est fait connaître lors de la rétrocession de Hong Kong par le Royaume-Uni à la Chine, en 1997. Alors que de nombreux Hongkongais s'inquiétaient pour leurs libertés futures, le titre est devenu la voix des démocrates et des opposants au régime de Pékin. Il ne s’est jamais départi de cette ligne éditoriale. Cette opposition lui a valu d’être boycotté par des entreprises chinoises à la botte du pouvoir notamment en coupant dans leurs investissements publicitaires dans le quotidien, assurent des associations de journalistes.

80e
place
Selon le dernier classement mondial de la liberté de la presse de l’ONG, Hong Kong est passée de la 18e place en 2002 à la 80e place en 2021

Quant à Jimmy Lai, il est détenu depuis la fin 2020, le régime l’ayant condamné à 20 mois de prison pour avoir pris part à trois manifestations pro-démocratie non autorisées à Hong Kong en 2019. Selon le dernier classement mondial de la liberté de la presse de l’ONG, Hong Kong, naguère bastion de la liberté d’expression, est passée de la 18e place en 2002 à la 80e place en 2021. La Chine stagne pour sa part au 177e rang sur 180.

Dates clés

  • 1995: le milliardaire Jimmy Lai crée à Hong Kong l'Apple Daily, un tabloïd véhiculant des valeurs libérales
  • 1997: rétrocession de Hong Kong par le Royaume-Uni à la Chine: le titre devient la voix des démocrates et des opposants au régime de Pekin
  • 2014: émergence en 2014 du mouvement pro-démocratie à Hong Kong
  • 2020: Jimmy Lai est emprisonné pour avoir pris part à des manifestations pro-démocratie non autorisées
  • 2021: en juin, le gouvernement de Hong Kong ordonne le gel des actifs de l’Apple Daily. Le titre cesse de paraître

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés