RTL Belgium met fin à sa collaboration avec Emmanuelle Praet

Selon RTL Belgium, Emmannuelle Praet avait déjà dû être recadrée dans le passé ©doc

Suite aux propos tenus par Emmanuelle Praet dans l’émission "C’est pas tous les jours dimanche", la direction de RTL Belgium estime que la polémiste est dans l’impossibilité de continuer à satisfaire au critère d’indépendance de la chaîne.

La direction de RTL Belgium a entendu ce mardi après-midi la chroniqueuse Emmanuelle Praet suite à son intervention lors de l’émission "C’est pas tous les jours dimanche” de dimanche dernier. S'adressant aux "gilets jaunes" présents sur le plateau de ce talk-show politique, elle soulignait le fait qu'ils avaient "toujours voté pour les mêmes en Wallonie".

Et de pointer la contradiction qu'elle semblait voir entre la montée d'Ecolo lors des élections communales et toutes ces "taxes environnementales" vilipendées par le mouvement fluo. Et de conclure: "Alors, aux prochaines élections, réfléchissez quand même un peu".

Ces propos ont suscité la colère de Zakia Khattabi. Sur Twitter, la co-présidente d'Ecolo a dit attendre un démenti et une condamnation ferme de la part de la chaîne privée. Quelque heures plus tard, celle-ci disait, par voie de communiqué, regretter les propos "outranciers" d'Emmanuelle Praet et s'en "désolidariser fermement". L’affaire a alors suscité une grande agitation dans la sphère politique, des partis comme le MR (Charles Michel, Denis Ducarme, Georges-Louis Bouchez) et la N-VA (Theo Francken) ont apporté leur soutien à la polémiste.

Après l’avoir suspendue sur-le-champ tant en télévision qu'en radio (elle intervient aussi dans l’émission quotidienne "On refait le monde" sur Bel RTL), la direction de RTL Belgium a décidé ce mardi après-midi de mettre un terme à sa collaboration avec Emmanuelle Praet.

Sortie de son rôle

Elle lui a signifié qu’elle était sortie du rôle qui devait être le sien et avait ainsi dérogé à un de principes fondamentaux de l’émission: les opinions émises par les chroniqueurs doivent alimenter le débat d’idées, mais en aucun cas influencer le comportement du public en l’invitant, par exemple, à reconsidérer son soutien à certains partis, indique la chaîne privée dans un communiqué.

"C’est pas tous les jours dimanche entend permettre à ses téléspectateurs de se forger leur propre opinion, et non pas leur imposer une recommandation électorale."
La direction de RTL Belgium

"C’est pas tous les jours dimanche entend permettre à ses téléspectateurs de se forger leur propre opinion, et non pas leur imposer une recommandation électorale. C’est là un principe élémentaire au respect duquel la direction entend continuer de veiller, poursuit le communiqué. Y déroger reviendrait à faire des chroniqueurs les porte-paroles de partis politiques et non plus d’idées ou d’opinions. Pour la direction de RTL, au nom de l’indépendance politique de la chaîne, c’est là un cap qui ne pourra jamais être franchi."

RTL Belgium invoque une "faute professionnelle" de la part d’Emmanuelle Praet et considère qu’il lui est impossible de continuer à satisfaire au critère d’indépendance, essentiel pour la chaîne. Lundi, le CEO, Philippe Delusinne nous indiquait qu'elle avait déjà dû être "recadrée à différentes reprises. Cette affaire est donc la goutte qui a fait déborder le vase. 

RTL conclut en indiquant qu’elle veillera à ce que les différents courants de pensée démocratiques puissent continuer d’être dûment représentés dans ses programmes de débats et qu'elle s'y attellera dans les plus brefs délais. 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content