analyse

RTL mise à l’étalage, une opération inscrite dans les astres

RTL Belgium a pâti du recul de ses revenus publicitaire dû à la crise sanitaire. ©Photo News

Après avoir étudié la cession de sa filiale française M6, RTL Group étudie celle des opérations en Belgique pour se recentrer sur son pré carré allemand.

Selon nos informations, recueillies auprès de diverses sources, RTL Group a mandaté la banque d’affaires JP Morgan pour étudier une cession de ses opérations en Belgique. Celles-ci comprennent trois chaînes de télévision (RTL-TVI, Club RTL, Plug RTL), trois stations de radio (Bel RTL, Contact et la numérique Mint), la plateforme vidéo RTL Play et la régie publicitaire IP. Interrogé sur le processus, RTL Belgium n'a pas souhaité faire de commentaires

300
millions d'euros
La filiale belge de RTL était évaluée à environ 300 millions d'euros en décembre 2020. Mais le résultat opérationnel a été divisé par deux depuis.

L’information n’est pas vraiment surprenante. Fin 2019, les actionnaires de l’époque - RTL Group et les éditeurs de presse IPM, Rossel, Mediahuis et Holding Echos (Mediafin, éditeur de L'Écho et du Tijd), réunis via la société Audiopresse - avaient mandaté Degroof Petercam afin de chiffrer la valeur de RTL Belgium. Un an plus tard, début décembre 2020, RTL Group rachetait la participation de 34% de ces éditeurs et devenait seul maître à bord, ce qui lui permettait de faire de sa filiale belge ce qu’il entendait: la conserver, la céder… La filiale belge aurait alors été évaluée à environ 300 millions d'euros.

Mais depuis, la valeur des actifs de RTL Belgium a baissé puisque l’an dernier, son résultat opérationnel a été divisé par deux pour atteindre 16 millions en raison du recul de ses revenus publicitaire dû à la crise sanitaire.

Champions nationaux

De nouveaux éléments sont venus s’ajouter au dossier. RTL Group a ainsi confirmé, lors de la présentation de ses résultats annuels il y a une douzaine de jours, vouloir examiner différentes options pour céder sa filiale française, la florissante M6 (277 millions de bénéfices pour 1,274 milliard de chiffre d’affaires), dont il détient 48% (la CNP de la famille Frère en détenant 7,2%).

CEO de RTL Group et de sa maison-mère Bertelsmann, Thomas Rabe estime qu’une consolidation est nécessaire afin de voir émerger des géants médiatiques nationaux permettant, grâce à leur offre locale, de contrer les grandes plateformes de streaming américaines comme Netflix, Amazon Prime ou Disney+. "Nous voulons être un consolidateur en Allemagne", a-t-il déclaré, se disant prêt à mettre la main sur son concurrent allemand ProSiebenSat1.

Ces dernières années, Bertelsmann a rationalisé son portefeuille d’activités pour se concentrer sur la vidéo au sens large (télévision, streaming…) via RTL Group, la musique via BMG, et l’édition. Dans ce dernier domaine, il a racheté fin 2020 l'éditeur américain Simon & Schuster pour 2,175 milliards de dollars, un an après avoir pris le contrôle de Penguin Random House. Il a aussi l’intention de céder sa filiale magazines en France, Prisma Presse (Géo, Gala, Capital….), à Vivendi.  

"Le raisonnement qui prévaut pour le marché français et M6 s'applique à tous les pays européens. "
Thomas Rabe
CEO de Bertelsmann et de RTL Group

Dans l’audiovisuel, après avoir cédé en début d’année sa plateforme américaine de publicités vidéo SpotX, pour 1,2 milliard de dollars, et la société canadienne de vidéo en ligne BroadbandTV pour 121 millions, c’est donc au tour de M6 d’être mis en vitrine. Plusieurs candidats ont marqué leur intérêt et non des moindres: Vivendi (Canal+, C8…), Bouygues (TF1), Xavier Niel (Free, Mediawan…), Patrick Drahi (SFR, BFM TV…), Daniel Kretinsky (Le Monde…) ainsi que l’italien Mediaset.

Mais lors de la présentation des résultats, une petite phrase de Thomas Rabe a attiré l’attention des observateurs: "Le raisonnement qui prévaut pour le marché français et M6 s'applique à tous les pays européens." Autrement dit également à RTL Belgium, mais aussi aux Pays-Bas ou encore à la Croatie et la Hongrie.

Pas de ticket avec M6

D’aucuns estiment qu'au vu des liens qui unissent le groupe M6 à RTL Belgium (via les programmes M6 diffusés sur les chaînes de RTL, comme L’Amour est dans le Pré, Top Chef, Mariés au premier regard…), une vente groupée est un scénario envisageable. Elle permettrait d’accentuer ces synergies tout en gardant pour RTL Belgium un ancrage local via l’information. Ce scénario d’un "M6 à la belge" a cependant toujours été fermement démenti par le management de RTL Belgium. La Belgique aurait pourtant été proposée initialement en package avec M6. Mais les deux dossiers ont depuis été scindés. "Soit il n'y avait pas assez d'intérêt pour le volet belge chez les candidats au rachat de M6, soit RTL pense qu'une vente séparée pourrait lui rapporter plus", analyse un observateur.

Qui alors? Dans le passé, le groupe Rossel, naguère actionnaire de RTL Belgium via Audiopresse, avait marqué son intérêt pour le rachat de l’ensemble des opérations. On évoque aussi une reprise de RTL Belgium par Telenet, propriétaire des chaînes de SBS (Vier, Vijf…), ce qui leur permettrait d’avoir une couverture publicitaire nationale. Idem pour DPG Media (propriétaire de VTM), voire pour TF1, dont la régie pub en Belgique est opérée par IP. À moins qu’un invité surprise ne se manifeste…

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés