epinglé

TF1 programme un JT à la carte

Le 20h et le 13h faisaient leur apparition le 16 février 1981. Sans grand changement depuis, si ce n'est cosmétique. ©AFP

La chaîne privée française entend proposer un format personnalisé, que ce soit côté durée ou contenu. Un projet "à plusieurs centaines de milliers d'euros".

Rendez-vous d'information par excellence il y a encore quelques années, le JT pourrait désormais connaître une transformation d'ampleur. Après tout, cela faisait 40 ans déjà que le "Journal de 13h" et le "Journal de 20h" remplaçaient les émissions "TF1 actualités" outre-Quiévrain. Sans grand changement depuis, si ce n'est cosmétique (décors, habillage,…).

Il était donc temps de penser à un grand lifting, histoire de faire rentrer le format dans l'ère de la modernité, où la masse s'éclipse au profit de l'unique. Au programme? La chaîne privée française travaille aujourd'hui à un JT "personnalisé". Un projet à "plusieurs centaines de milliers d'euros", indique le directeur de l'information du groupe, Thierry Thuillier.

Concrètement, l'utilisateur pourra bientôt choisir la durée de son JT en y ajoutant au passage ses thèmes de prédilection comme le sport ou l'environnement. Mais tout en restant soumis à "un tronc commun d'actualité", histoire de respecter la hiérarchie de l'information et ne pas tomber dans "le piège" des algorithmes de recommandation des réseaux sociaux, décriés par certains.

Un concept transposable en Belgique?

"Une première mondiale", s'est félicité Yani Khezzar, responsable de l'innovation pour l'information chez TF1. Qui pourrait essaimer? "Le projet est intéressant", commente Philippe Delusinne, CEO d'RTL Belgium, "et s'inscrit dans le prolongement vers plus de personnalisation ouvert par la pub". Pour autant, l'intérêt s'arrête là. Car un tel projet requiert "des moyens et des équipes que nous n'avons pas en Belgique".

Du côté de la RTBF, si l'"on va examiner ce développement", évoque Jean-Paul Philippot, CEO, "il convient de veiller à ne pas tomber dans des effets de mode. Toute nouvelle technologie, et d'autant plus pour un rendez-vous aussi emblématique qu'un JT, doit avant toute chose servir un parti éditorial, qui a une logique et une intégrité". Si personnalisation il doit y avoir du côté de Reyers, ce sera plutôt dans une logique d'accroissement de l'accessibilité aux différents contenus produits par le service audiovisuel public. Enfin, du côté d'LN24, "on a déjà treize versions du JT à proposer tous les jours", conclut Martin Buxant, rédacteur en chef de la chaîne d'information en continu. "On étudie tout et ne se refuse rien".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés