Tinder ne s'inquiète pas de l'application de rencontres Facebook

©ANP XTRA

Match Group, la compagnie qui détient l’application Tinder, a affirmé ce mardi qu’elle n’avait aucune inquiétude vis-à-vis du futur outil de rencontres Facebook, la nouvelle fonction du réseau social annoncée une semaine plus tôt.

Un vent d’inquiétude a soufflé du côté des investisseurs de Tinder qui a fait plonger le titre de Match la semaine passée. En cause: l’annonce de Mark Zuckerberg de son intention de lancer une application de rencontres sur son réseau.

Néanmoins, ce mardi, le groupe Match a profité de la présentation de ses résultats très positifs – un bond de 36,4% pour son chiffre d’affaires trimestriel - pour certifier qu’il n’avait aucune crainte vis-à-vis du nouveau service Facebook.

3,5 millions
d'utilisateurs
C'est le nombre d'utilisateurs de l'application de rencontre Tinder.

Les prévisions pour son chiffre d’affaires 2018 sont en hausse, passant de 1,6 à 1,7 milliard de dollars par rapport à la prévision antérieure de 1,5 à 1,6 milliard de dollars. Les estimations ont été dépassées du fait d’un succès inattendu pour une nouvelle fonctionnalité premium de l’application Tinder. Les résultats ont par ailleurs montré à quel point celle-ci est importante pour la compagnie, qui possède d’autres applications de rencontres.

Avec 3,5 millions d’utilisateurs de Tinder, les recettes totales du groupe s’élèvent à 407,4 millions de dollars.

"Les gens ne souhaitent pas mélanger Facebook et leur vie amoureuse"

Les utilisateurs peuvent se connecter au service via leur compte Facebook. Depuis un an, une alternative leur est proposée. "Quand le choix leur est donné, 75% des nouveaux utilisateurs ont opté pour la seconde option", affirme Mandy Ginsberg, CEO de Match Group. Son entreprise en plein essor, elle doute que Facebook ait un impact négatif sur Tinder. "Les gens ne souhaitent pas mélanger Facebook et leur vie amoureuse", a-t-elle déclaré dans une interview.

"Au vu du rayonnement de Facebook, cela pourrait dissiper la stigmatisation, particulièrement pour les utilisateurs plus âgés et sur les marchés internationaux."
Mandy Ginsberg
directrice générale du groupe Match

Le nombre d’utilisateurs de ce type d’application pourrait même grimper avec l’arrivée de Facebook sur le marché des rencontres: "Au vu du rayonnement de Facebook, cela pourrait dissiper la stigmatisation, particulièrement pour les utilisateurs plus âgés et sur les marchés internationaux", estime Mandy Ginsberg.

Les analystes ont déclaré que l'incursion de Facebook sur ce marché ne serait probablement pas une menace pour les sites de rencontres établis, dont certains sont hautement spécialisés pour répondre aux besoins de groupes spécifiques.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés