Vers un conseil d'administration costaud à la RTBF

©Photo News

La majorité des postes d’administrateurs du service audiovisuel public vont changer.

Grand chambardement en vue au conseil d’administration de la RTBF. Une grande majorité des treize strapontins devrait changer de titulaire, au profit de plusieurs personnalités bien connues du landerneau politico-économico-médiatique, le but étant clairement de renforcer l'institution.

Les candidats avaient en effet jusque vendredi pour remettre leur candidature, à charge pour le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles de les élire au plus tard quatre mois après la constitution de ce dernier, soit le 20 novembre. Mais personne n’est dupe, ce sont les partis qui choisissent leurs candidats qu’ils soumettent au vote du parlement.

13
sièges
Le conseil d'administration de la RTBF compte 13 sièges reflétant la représentativité des partis au parlement de la Fédération Wallonie Bruxelles

Le CA de la RTBF doit être à l’image de la représentativité parlementaire telle qu’issue des dernières élections. Voilà pourquoi le PTB et Ecolo y auront désormais chacun deux représentants, tandis que le PS perdra 2 sièges, le MR et le cdH un chacun.

Ces dernières semaines, certains noms sont sortis dans la presse comme, pour le PTB, celui du professeur de littérature contemporaine à l’UCL et écrivain Vincent Engel – qui a confirmé – et le rédacteur en chef de Solidaire, l’organe du parti, Michaël Verbauwhede. Idem pour le cdH, avec l’ex vice-première ministre du gouvernement fédéral et ex présidente du parti, Joëlle Milquet, comme indiqué par la chaîne d’infos LN24.

Richard Miller, président?

Sur son site internet, Le Soir a annoncé ce lundi que tous les représentants PS seront renouvelés. Sont pressentis Thomas Dermine, l’architecte du plan Catch visant à revitaliser l’activité économique dans la région de Charleroi (contacté, il ne confirme pas à ce stade), Gaëtan Servais, patron de Noshaq (ex Meusinvest), l’avocate spécialisée en droit des médias Carine Doutrelepont et Estelle Ceulemans, secrétaire générale de la FGTB. Il est en effet de tradition qu’un représentant du syndicat socialiste siège au conseil de la RTBF. Exit donc, par exemple, Philippe Reynaert (patron de Wallimage) qui était candidat à sa succession. 

Pas de changement au MR, assure encore le quotidien vespéral, ce qu’on nous a confirmé à bonne source. Jean-Philippe Rousseau (actuel vice-président), Daniel Soudant, Johanne Moyart et Frédéric Maghe sont candidats à leur succession. Alors qu’il n’y a que quatre sièges, ils devront composer avec un 5ème larron, Richard Miller, ancien ministre des Médias qui nous a confirmé sa candidature. Il est disponible et connaît le dossier. Il fut même administrateur au boulevard Reyers dans les années 80. Néanmoins, cette candidature agace certains: le Montois n’ayant plus de mandat électif, d’aucuns l’assimilent à un recasage, d’autant que l’idée serait de le parachuter à la présidence du conseil.

Ce poste pourrait en effet revenir à un MR car l’administrateur général Jean-Paul Philippot est étiqueté socialiste et la ministre des Médias Bénédicte Linard est Ecolo. A propos d’Ecolo, enfin, les deux administrateurs seront Baptiste Erkes, qui siégeait comme observateur et Murielle Frenay, conseillère provinciale à Liège.

Cette liste doit être entérinée le 6 novembre prochain par le Parlement.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n