Acquisition à 2 milliards d'euros pour UCB

©DENIS CLOSON / ONESHOT.BE

UCB annonce le rachat de l'américain Ra Pharmaceutical. Cette acquisition lui permet de se renforcer dans le segment des traitements des maladies auto-immunes.

Nouvelle acquisition pour UCB . Le groupe pharma annonce la signature d'un accord de fusion avec Ra Pharmaceuticals Inc. "Cette association nous donnera l’opportunité de devenir un leader dans le traitement des personnes atteintes de myasthénie grave, une maladie neurologique orpheline causée par un auto-anticorps avec un besoin médical insatisfait élevé", explique Jean-Christophe Tellier, CEO d'UCB dans un communiqué. 

Selon les termes de cet accord, les actionnaires de Ra Pharma recevront 48 dollars en espèce pour chacune de leur action. La valeur totale de cette opération se monte donc à 2 milliards d'euros.

La transaction a été approuvée à l’unanimité par les deux conseils d'administration. Elle reste toutefois encore soumise à l’aval des autorités de la concurrence.

En acquérant Ra Pharma, UCB se renforce dans le traitement de la myasthénie grave, une maladie auto-immune qui perturbe la communication entre les nerfs et les muscles.

Ajustement stratégique

UCB indique par ailleurs que cette acquisition n'aura aucune incidence sur ses prévisions financières pour 2019. "Cela aura un effet dilutif sur le niveau de résultat à moyen terme", lit-on cependant. UCB ambitionne désormais d'atteindre un ratio d'EBITDA (de chiffre d'affaires) de 31% à l'horizon 2022, soit un an plus tard que ce qui avait été indiqué jusqu'ici.

Pour Oddo Securities, cette acquisition est vue comme "très chère""Nous prévoyons un effet de dilutif de près de 10% dans les trois prochaines années", indique le broker. Il maintient son avis à "réduire" sur l'action. Le prix cible est de 68 euros.

En acquérant Ra Pharma, UCB se renforce dans le traitement de la myasthénie grave, une maladie auto-immune qui perturbe la communication entre les nerfs et les muscles. La société biopharmaceutique américaine est, en effet, active dans le développement de nouveaux traitements contre des maladies graves causées par un dérèglement du système immunitaire. 

"Ra Pharma est un excellent ajustement stratégique, couvrant plusieurs domaines ou la stratégie de croissance de la valeur d'UCB. À la clôture de la transaction, l’acquisition viendra ajouter à nos fortes opportunités de croissance interne - six lancements de produits potentiels au cours des cinq prochaines années -, renforçant ainsi nos franchises de neurologie et d’immunologie grâce à des projets en pipeline qui sont en phase finale ou précoce", ajoute le CEO.

Les doutes de certains analystes

L'acquisition est accueillie de façon mitigée par les analystes. Si Oddo parle d'une opération très coûteuse, Thomas Guillet de Degroof Petercam, affirme qu'elle n'offre pas de solution immédiate à l'expiration imminente du brevet des soi-disant médicaments CVN (le Cimzia pour la maladie de Crohn et la polyarthrite rhumatoïde, le Vimpat pour l'épilepsie, et le Neupro pour la maladie de Parkinson). De plus, les revenus attendus du médicament de Ra Pharma, Zilucoplan sont annoncés trop tardivement. La substance de Ra Pharma et celle d'UCB (le Rozanolixizumab) ne contribueront pas au chiffre d'affaires d'UCB avant 2022, indique l'analyste.

Un vent davantage optimiste souffle chez KBC Securities. "Nous estimons qu'il s'agit d'une démarche intelligente. Nous attendions depuis un petit temps déjà une acquisition de la part d'UCB pour enrichir le pipeline. L'acquisition devrait se traduire par une nette contribution au chiffre d'affaires à partir de 2024 et c'est bienvenu compte tenu de la pression existante sur le portefeuille actuel." Pour KBC Securities, le prix d'acquisition est correct et devrait permettre "de bonnes synergies" entre les deux entreprises.

Kepler y voit aussi un soutien à la croissance, une fois l'expiration des brevets actée en 2020.

D'autres en Belgique

Avec son efgartigimod (ARGX-113), ArgenX est également actif en Belgique sur le segment des traitements de la myasthénie grave. La biotech gantoise a toutefois lancé sa phase III en septembre 2018 là où UCB l'a lancée en juin dernier.  

Cette maladie orpheline touche aux États-Unis, en Europe et au Japon quelque 200.000 personnes

 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect