Deux ex-moniteurs de ski belges lèvent 400 millions de dollars sur le Nasdaq

©Kelsey Ayres / Nasdaq, Inc.

Les Belges Cédric François et Alec Machiels ont levé 400 millions de dollars sur le Nasdaq. Objectif: financer le développement de la société de biotechnologie Apellis. Ils se jettent ainsi dans l’arène contre Soliris, un médicament très cher, connu chez nous grâce au cas du jeune patient Viktor.

Il y a plus de deux ans, les Belges Cédric François et Alec Machiels ont pu sonner la cloche d’ouverture du Nasdaq, donnant ainsi le coup d’envoi d’une des plus grandes introductions en bourse de l’année – soit 172 millions de dollars – avec leur entreprise Apellis Pharmaceuticals. "Ce fut extraordinaire de se retrouver là tous les deux", se souviennent-ils.

Trois milliards de dollars

Ces derniers jours, les deux partenaires sont passés à la vitesse supérieure. Ils ont réussi à convaincre les investisseurs de mettre sur la table 400 millions de dollars supplémentaires. Cette levée de capitaux n’est pas le fruit du hasard, mais s’inscrit dans la foulée des bons résultats obtenus avec les études les plus avancées sur un médicament contre une maladie très rare du sang, la PNH (Hémoglobinurie paroxystique nocturne). Depuis lors, le cours de l’action a bondi, projetant la capitalisation boursière de l’entreprise à trois milliards de dollars.

Le médicament développé par Apellis pour lutter contre la PNH s’est montré plus efficace lors d’une étude de phase 3 avec 80 patients que le traitement standard Soliris, qui s’était imposé ces dernières années pour devenir un blockbuster.

Le médicament développé par Apellis pour lutter contre la PNH s’est montré plus efficace lors d’une étude de phase 3 avec 80 patients que le traitement standard Soliris, qui s’était imposé ces dernières années pour devenir un blockbuster.

Ce médicament, mis au point par Alexion, représentait un chiffre d’affaires de plus de 3,5 milliards de dollars en 2018, dont seule une partie provenait des patients souffrant de PNH. À l’époque de son lancement en 2010, le médicament a battu le record du médicament le plus cher au monde, soit 400.000 dollars par patient et par an!

Cette maladie clonale se manifeste par une dégradation des globules rouges, entraînant de l’anémie, une insuffisance dans le transport de l’oxygène et une fatigue extrême. La PNH est connue en Belgique depuis quelques années par le truchement du jeune patient Viktor et des discussions qui ont suivi au niveau politique sur remboursement de ce médicament très cher.

Le management n’a pas encore avancé d’estimation sur le chiffre d’affaires potentiel du médicament, mais certains analystes parlent déjà de plusieurs centaines de millions d’euros par an.

La société Apellis, dont le siège social est situé dans le Kentucky, semble aujourd’hui bien placée pour challenger la position dominante de Soliris, même si le dossier doit encore obtenir l’approbation des autorités concernées européennes et américaines.

Le management n’a pas encore avancé d’estimation sur le chiffre d’affaires potentiel du médicament, mais certains analystes parlent déjà de plusieurs centaines de millions d’euros par an. D’autres se montrent plus prudents, notamment parce qu’Alexion est en train de mettre au point un successeur pour Soliris. "Je pense que nous sommes bien positionnés", a réagi le CEO et cofondateur d’Apellis, Cedric François, à partir de San Francisco où il était invité comme orateur lors de la JPMorgan Healthcare Conference.

Rencontre dans un bar

Cédric François et Alec Machiels ont créé ensemble Apellis, longtemps après leur rencontre dans un bar des Alpes françaises où ils travaillaient comme moniteurs de ski. Après leurs études à Louvain, leurs chemins se sont séparés. Alec Machiels a entamé une carrière dans le monde financier, pendant que François voyageait à travers le monde.

"Je n’ai pas l’intention de vendre ces actions. Ma priorité, c’est de continuer à développer l’entreprise." Cédric françois cofondateur d’apellis

En tant que stagiaire dans un hôpital pour enfants argentin ou comme médecin sur un navire de croisière, jusqu’à la Riviera mexicaine. Leurs chemins se sont à nouveau croisés aux USA, ce qui a abouti à la création d’Apellis qui s’est développée à partir d’une découverte scientifique de Cédric François. Cette découverte ne permet pas uniquement de soigner les patients souffrant de PNH, mais aussi ceux atteints d’une maladie ophtalmologique touchant 5 millions de personnes dans le monde et provoquant la cécité.

Depuis le lancement de l’entreprise, les deux partenaires ont réussi à lever 700 millions de dollars de capitaux. Chacun détient encore quelques pourcents des actions, ce qui fait d’eux des multimillionnaires. "Mais je n’ai pas l’intention de vendre ces actions. Ma priorité, c’est de continuer à développer l’entreprise et à soigner des patients", assure Cédric François.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect