Deuxième cas de rémission d'un patient atteint du VIH

Près de 37 millions de personnes vivent avec le VIH dans le monde, mais seules 59% d'entre elles bénéficient de la thérapie antirétrovirale. ©BELGAIMAGE

Un second patient atteint du VIH semble guéri, après avoir reçu une transplantation de moëlle osseuse. Si ce traitement n'est pas envisageable pour éradiquer la maladie, il donne néanmoins des pistes aux chercheurs pour trouver un remède définitif au sida.

Le deuxième cas renforce l'idée qu'une guérison est possible.
Sharon R Lewin
Directrice de l'Institut Doherty et professeure à l'Université de Melbourne

Dix ans après le premier cas confirmé d'un patient souffrant du VIH s'étant remis de cette maladie mortelle, voici un second cas. On l'appelle "le patient de Londres", comme le premier était dénommé "le patient de Berlin". Il a connu une rémission durable du VIH-1, le virus à l'origine du sida, après avoir interrompu son traitement. Il est probablement guéri.

1 million
de personnes
Près d'un million de personnes meurent chaque année d'affections liées au VIH

Quel traitement a été administré? Les deux patients "guéris" ont subi des transplantations de moelle osseuse pour traiter des cancers du sang, en recevant des cellules souche de donneurs ayant une mutation génétique rare qui empêche le VIH de s'installer. Concrètement, cette mutation génétique rend inopérant un récepteur du VIH connu comme CCR5.

En parvenant à une rémission sur un deuxième patient tout en utilisant une approche similaire, nous avons montré que le 'patient de Berlin' n'a pas été une anomalie.
Ravindra Gupta
professeur à l'Université de Cambridge

A savoir

Une nouvelle forme de VIH résistante aux médicaments représente une préoccupation grandissante.

Actuellement, des millions de personnes infectées par le VIH à travers le monde contrôlent cette maladie à l'aide d'une thérapie antirétrovirale (ARV), mais ce traitement ne débarrasse pas les patients du virus. Malheureusement, la transplantation de moelle osseuse n'est pas une option envisageable pour le traitement global du VIH. Cependant, ce deuxième cas de rémission va aider les chercheurs à réduire leur champ des stratégies de traitement. Le remplacement des cellules immunes par celles qui n'ont pas le récepteur CCR5 apparaît désormais être la clé pour prévenir la réapparition du VIH après le traitement.

Une transplantation de moelle osseuse n'est pas viable pour guérir. Mais on peut essayer de déterminer quelle part de la transplantation a fait la différence pour permettre à cet homme de cesser de prendre ses médicaments antiviraux.
Sharon R Lewin
irectrice de l'Institut Doherty et professeure à l'Université de Melbourne

Lire également

Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content