Indigo Diabetes vise 2023 pour lancer son capteur sous cutané

Indigo Diabetes a développé un capteur sous cutané pour mesurer et surveiller en continu les quantités de glucose et de cétones des diabétiques.

Indigo a procédé à une deuxième levée de fonds qui devrait lui ouvrir les portes des marchés européen et américain d’ici fin 2023.

Indigo Diabetes s'arme pour soutenir et lancer les prochaines phases de l'étude clinique de son capteur pour diabétiques. Spécialisée dans les dispositifs médicaux, elle a récolté 38 millions d’euros lors d’une levée de fonds de série B.

"Le financement levé devrait permettre au capteur d’obtenir une autorisation de mise sur les marchés européen et américain d’ici fin 2023."
Début juillet, la société annonçait sa volonté de lever au moins 35 millions d'euros. Avec le succès de cette levée de fonds, l'équipe s'est aussi accrue à 25 personnes.

"Le financement levé devrait permettre au capteur d’obtenir une autorisation de mise sur les marchés européen et américain d’ici fin 2023."
Indigo

Qui sont les investisseurs?

38 millions
euros
Indigo Diabetes a récolté 38 millions d’euros lors d’une nouvelle levée de fonds. B.

Ces fonds ont été levés auprès de cinq nouveaux investisseurs: Fund+, Ackermans & van Haaren , Titan Baratto, Imec, Capricorn Digital Growth Fund.
Funds+ est l'investisseur principal. Titan Baratto est dans les mains de Charles Beauduin, président de Barco et entrepreneur industriel.
AvH a, lui, mis 6 millions sur la table de manière échelonnée en fonction des étapes, ce qui lui donne une participation d’environ 10%.
Ils viennent s'ajouter à d'autres investisseurs, qui avaient déjà participé à une première levée de fonds en 2016 de 7,1 millions d'euros: les néerlandais Thuja Capital Healthcare Fund II et PMV, avec également Sensinnovat, le véhicule d'investissement de Françoise Chombar (Melexis) et de Rudi Dewinter (X-Fab), ainsi que Capricorn Partners, le fonds interuniversitaire européen Qbic,  Powergraph, Fidimec ou Manuardeo.

Un capteur pour diabétique

Cette spin-off de l’Université de Gand et Imec a développé un capteur , le CGM, dont le but est d’améliorer la vie des personnes atteintes de diabète.
" Si, à plus long terme, nous parvenons à relier ce mécanisme à une pompe à insuline, il sera possible de créer un pilote automatique, pour ainsi dire. Les diabétiques n’auront alors plus du tout à intervenir ou ajuster leur traitement", explique le professeur Christophe De Blockn chef du département d’endocrinologie, diabétologie et troubles métaboliques à l’hôpital universitaire d’Anvers.
Ce capteur permet notamment d'éviter au patient de devoir effectuer régulièrement des piqûres dans les doigts ou de devoir vivre au quotidien avec des capteurs visibles.

Comment fonctionne-t-il?

Les médecins pourront en effet insérer ce petit capteur (un spectromètre miniature) sur le ventre, avec une petite canule qui pénètre dans la peau. Un patch auto-adhésif maintient le capteur en place afin qu’il puisse mesurer le glucose et ce de jour comme de nuit.
En règle générale, les capteurs doivent être remplacés tous les 10 à 14 jours, ce capteur pourra rester en place maximum deux ans.
Grâce à un petit émetteur connecté au capteur, le système peut envoyer, par la technologie sans fil, des relevés en temps réel à un moniteur qui affiche vos données de glycémie.

700 millions
personnes
La Fédération internationale du diabète s'attend à voir le nombre de diabétiques dans le monde passer de quelque 463 millions à 700 millions en 2046.

Le capteur relèvera aussi le taux des cétones (qui influe l'acidité du sang), de quoi permettre aux utilisateurs et à leurs soignants de détecter plus rapidement les situations de danger de mort.
"Il s’agit là d’une première mondiale, qui permettra aux utilisateurs et à leurs soignants de détecter plus rapidement les situations de danger de mort", lit-on dans un communiqué.

Le diabète dans le monde

La Fédération internationale du diabète affirme qu'une personne sur 11 souffre du diabète dans le monde, soit plus de 463 millions de personnes. Ce taux pourrait passer d'ici 2046 à 700 millions avec une croissance attendue de plus de 15% en Europe, de 30% en Amérique du Nord, de 55% en Amérique Centrale et du Sud, de 74% en Asie et de 143% en Afrique.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés