L'estétrol de Mithra est respectueux de l'environnement

©Dries Luyten

Une étude scientifique montre que l'oestrogène naturel estétrol, qui est à la base des trois produits innovants que la société biopharmaceutique liégeoise est en train de développer, s'avère sans effets pour l'environnement.

Bonne nouvelle pour Mithra: selon les résultats d'une étude, l'oestrogène naturel estétrol, qui est à la base des trois produits innovants que la société biopharmaceutique est en train de développer, s'avère sans effets pour l'environnement. 

Une récente étude d'évaluation environnementale que Mithra vient de dévoiler montre en effet que l'estétrol (ou E4) est nettement plus respectueux de l'environnement que les alternatives actuellement sur le marché. 

Perturbateurs endocriniens

Les œstrogènes stéroïdiens utilisés actuellement finissent par se retrouver dans les écosystèmes aquatiques, ce qui occasionne des effets indésirables importants. Ils peuvent être considérés comme des perturbateurs endocriniens (EDC) qui entraînent des effets épigénétiques et transgénérationnels. 

Par exemple, l'œstrogène synthétique EE2, qui se retrouve dans la plupart des pilules anticonceptionnelles, est conçu pour résister à la dégradation et à l'inactivation. Quand il termine dans l'eau, il finit par perturber la différenciation sexuelle et modifier les comportements des adultes chez diverses espèces aquatiques.

Organismes aquatiques

En revanche, selon le professeur Patrick Kestemont, président de l'Institut de recherche Live, Earth & Environment (ILEE) de l'Université de Namur, qui a examiné l'étude, "tous les biotests effectués selon les protocoles standardisés proposés par l'OCDE et diverses réglementations européennes montrent sans ambiguïté que les effets perturbateurs endocriniens de l'estétrol sont insignifiants par rapport à ceux observés pour les œstrogènes naturels (E2) ou synthétiques (EE2), que ce soit dans les organismes aquatiques ou dans les organismes vivant dans les sédiments."

L'oestrogène naturel estétrol est le principe actif de la pilule Estelle, un contraceptif oral de nouvelle génération dont la commercialisation se profile. La pilule a reçu l'année passée l'"essenscia Innovation award 2019". L'estétrol est aussi à la base du Donesta, un produit contre les effets néfastes de la ménopause, dont le développement se poursuit, ainsi que du Perinesta, destiné au marché de la préménopause.

"Les Etats ambitionnent de détaxer les sociétés qui lancent des médicaments non polluants."
François Fornieri
CEO de Mithra

Pour le patron de Mithra, François Fornieri, cette étude profile tous les futurs produits de la société biopharmaceutique liégeoise comme "disruptifs". "Le caractère unique et le profil bénéfice/risque amélioré d’E4 ont déjà été prouvés. Aujourd'hui, nous sommes extrêmement heureux de découvrir que l'E4 va changer la donne, non seulement par son profil unique mais aussi par sa neutralité sur l'environnement" s'est-il réjoui en ajoutant que "les Etats ambitionnent de détaxer les sociétés qui lancent des médicaments non polluants."

Les résultats de cette étude seront évoqués lors de la présentation, le 16 janvier prochain, que François Fornieri fera dans le cadre de la 38e JP Morgan Healthcare Conference qui se tiendra à San Francisco. 

 

 



 


 

 

Les œstrogènes stéroïdiens, présents naturellement dans le corps humain ou produits par synthèse, appartiennent à un groupe de substances consommées dans le monde entier à des fins pharmaceutiques et vétérinaires. Ils se produisent couramment dans les écosystèmes aquatiques à la suite de l'œstrogène ajouté à l'alimentation du bétail ou au rejet des usines de traitement des eaux usées après une exposition humaine aux COC ou des traitements de la ménopause.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n