La biotech Curetis fusionne avec l'américain OpGen

©Curetis

La biotech germano-néerlandaise Curetis est reprise par son partenaire industriel américain OpGen. La société fusionnée a une valeur de 24 millions de dollars.

L'américain OpGen , une société de médecine de précision utilisant le potentiel du diagnostic moléculaire au service de la lutte contre les maladies infectieuses, et Curetis , une biotech germano-néerlandaise     développeur de solutions de diagnostic moléculaire de haut niveau, ont annoncé mercredi la signature d’un accord définitif visant à regrouper les activités des deux sociétés, sous réserve de l’approbation des actionnaires respectifs  et des créanciers de Curetis.

En pratique, OpGen prend le contrôle de la société germano-néerlandaise, cotée sur Euronext Bruxelles et Amsterdam. L’acquisition sera payée par l’émission de 2,66 millions d’actions nouvelles. Les actionnaires de Curetis détiendront 72,5% de la nouvelle entité. Le siège du groupe sera basé aux Etats-Unis et la cotation se fera au Nasdaq. La société fusionnée aura une valeur de 24 millions de dollars.

Curetis aura quatre sièges au conseil d’administration de la société fusionnée et deux à OpGen. William Rhodes, l'actuel président de Curetis, sera président. Oliver Schacht, PDG de Curetis, dirigera la société fusionnée.

→ Multimédia | La révolution biotechnologique

Un labo de poche

 Curetis, à l'instar de la société belge Biocartis, se concentre sur le diagnostic moléculaire et a développé son propre laboratoire de poche, appelé Unyvero. Cependant, la mise en place de ces dispositifs dans les hôpitaux et la vente de cassettes ne se passent pas bien.

Début août, Curetis avait désigné la banque d'investissement américaine H.C. Wainwright comme conseiller stratégique dans le but d'évaluer toutes les options stratégiques et tactiques disponibles pour obtenir le financement approprié et les fonds nécessaires à la poursuite des opérations pendant au moins les 12 prochains mois.    

La première intention était de s'assurer qu'il y avait suffisamment d'argent dans les 12 prochains mois, mais l'exercice pourrait également se poursuivre. Même si les dépenses du premier semestre 2019 ont pu être réduites de 26%, la situation financière de l'entreprise était considérée comme préoccupante.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect