La biotech carolo MaSTherCell entend doubler de taille d'ici 4 ans

©MaSTherCell

MaSTherCell, spécialisée dans la production de "cellules médicaments" pour la thérapie cellulaire va doubler prochainement la surface de ses installations, un investissement de 5 millions d’euros. La société, située au sein de l’aéropôle carolo, entend également multiplier par deux d’ici 2020 son chiffre d’affaires et le nombre de ses employés. Un nouvel investisseur va faire son entrée au capital pour assurer l’ancrage belge de la société.

La société MaSTherCell, spécialisée dans la production de "cellules médicaments" pour la thérapie cellulaire et la médecine régénérative, poursuit son développement à un rythme soutenu: l’entreprise située sur l’aéropôle de Charleroi-Gosselies va doubler prochainement la surface de ses installations et entend recruter de nombreux collaborateurs dans les années à venir.

Spin-off de l’ULB à son origine, MaSTherCell est une CDMO ("Contract development and Manufacturing Organization"), une société qui fabrique du matériel pour le compte de clients. En l’occurrence ici, ceux qui sont spécialisés dans la thérapie cellulaire, considérée comme l’une des voies les plus prometteuses de la médecine. Elle a été reprise en 2015 par Orgenesis, une biotech d’origine israélienne cotée au Nasdaq.

Denis Bedoret, CEO de MaSTherCell ©MaSTherCell

"Nous avons aujourd’hui 600 m² et nous allons en ajouter 600 supplémentaires. Cet investissement de 5 millions d’euros nous fera en réalité plus que doubler de taille pour les zones de production, car actuellement, nous avons des zones de stockage que nous n’avons pas besoin de dupliquer" explique Denis Bedoret, managing director de la société depuis un an.

Si l’entreprise a dû trouver davantage de place sur son site actuel (dans le bâtiment de l’i-Tech Incubator), c’est que le créneau dans lequel elle est active est particulièrement porteur, mais également parce qu’elle a réussi à se faire une place au soleil rapidement. "On a interrogé 20% des sociétés de thérapie cellulaire dans le monde et nous sommes arrivés deuxième en termes de reconnaissance de notre marque et premier en termes d’intérêt de clients potentiels pour avoir un partenariat avec nous. Cela alors que nous sommes plus jeunes que nos concurrents", fait valoir le CEO.

Une dizaine de clients dans son portefeuille

MaSTherCell compte aujourd’hui une petite dizaine de clients, dont son actionnaire Orgenesis, le laboratoire français Servier ou encore CRISPR Therapeutics, souvent décrit comme un "game changer" en matière de thérapie cellulaire. Avec certains de ceux-ci, elle travaille désormais sur des projets qui sont en phase III d’étude clinique. Paradoxalement, il n’y a pas de sociétés belges dans la liste, les biotechs de notre pays ayant préféré développer en interne les produits fournis par MaSTherCell.

"On ne veut pas non plus grandir trop vite pour ne pas mettre en danger le niveau de qualité de nos services." denis bedoret managing director de masthercell

Ce que cherche à faire aujourd’hui la société, c’est de mettre en place un réseau global de CDMO, avec des partenaires en Asie (Corée du Sud), au Moyen-Orient (Israël) et bientôt à Singapour (cette année) et aux USA (en 2018).

"En termes de logistique, on doit être proche de l’endroit où l’on prélève les cellules ou de l’endroit où on injecte, et bien souvent des deux, avec des délais très courts, souligne Denis Bedoret. Ce qui explique pourquoi on cherche à s’implanter dans différentes régions du monde. Ce qui nous permettra aussi d’offrir un partenaire unique aux clients, avec un système de qualité harmonisé."

Assurer l’ancrage dans l’écosystème belge

Pour poursuivre son développement, la société compte passer d’ici 4 ans de 95 à 190 équivalents temps plein (ETP). Le chiffre d’affaires, qui était de 6,3 millions d’euros en 2016, va s’établir aux environs de 10,5 millions cette année, avec pour la première fois, un budget à l’équilibre. "Ensuite, on ne va plus doubler notre chiffre d’affaires chaque année, précise encore Denis Bedoret. On envisage de croître plutôt à 30-35%, ce qui reste impressionnant. L’objectif est d’arriver à 20 millions d’euros en 2020. Nous pourrons progresser avec la surface prévue dans le bâtiment jusqu’à 30 millions d’euros de chiffre d’affaires. à ce moment-là, nous envisagerons la suiteMais on ne veut pas non plus grandir trop vite pour ne pas mettre en danger le niveau de qualité de nos services."

©MaSTherCell

Autre grande nouvelle qui se profile, un investisseur va faire son entrée au capital de la société. Les Israéliens (qui détiennent 100%) garderont toutefois une large majorité. Ce nouvel entrant devra assurer l’ancrage de l’entreprise dans l’écosystème belge des biotechs, en favorisant notamment le développement local de l’emploi.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect