Publicité
Publicité

Les ficelles d'Asit Biotech pour lever 35 millions

La première cotation d'Asit Biotech. ©Mathieu Paternoster

Asit Biotech souhaite récolter un maximum de 34,5 millions d'euros via une augmentation de capital qui sort des sentiers battus. Suivez le guide.

Asit Biotech qui développe de nouveaux traitements des allergies aux pollens, aux acariens, aux arachides et à d’autres produits alimentaires via l’immunothérapie innove également lorsqu’il s’agit de lever des capitaux.

Convaincre des investisseurs d’apporter des fonds -on parle ici d’un montant maximal de 34,5 millions d’euros- après avoir connu récemment deux revers importants dans ses recherches et alors que le robinet des liquidités est presque à sec nécessitait un minimum d’imagination. On n’attrape pas des mouches avec du vinaigre, n’est-ce pas.

Publicité

Petits porteurs non admis

Là où la biotech bruxelloise emprunte les sentiers déjà battus par ses homologues cotées à Bruxelles, c’est lorsqu’il s’agit de laisser les petits porteurs au bord du chemin, en spectateurs. Pour l’augmentation de capital qui a été approuvée hier en assemblée générale des actionnaires, les droits de préférence ont donc été supprimés. On a déjà dit tout le mal que l’on pensait de cette pratique. Asit Biotech la justifie notamment par la nécessité de recourir à une procédure souple et relativement rapide et par la volonté d'éviter une opération souscrite avec une décote par rapport au cours.

Il faut dire que dans le cas présent, la structure de l’opération n’est sous doute pas destinée à l’investisseur lambda. Chaque action qui sera souscrite au prix unitaire de 3,83 euros donnera droit à deux warrants. Chacun d’eux permettra de souscrire à une nouvelle action, toujours au même prix, l’un arrivant à échéance le 30 juin 2018 et l’autre le 31 décembre 2019. Mais attention, le second warrant ne pourra être exercé que si le premier l’a été auparavant. Ces warrants compensent en quelque sorte la décote que la société ne souhaite pas offrir au moment de la souscription initiale. C'est le miel au fond du pot.

Ticket de 100.000 euros

La vente des actions nouvelles ne se fera pas via un placement privé avec suspension de la cotation de la valeur en Bourse. "L’assemblée nous a donné toute latitude pour organiser le placement sans préciser le timing" nous a indiqué Everard van der Straten, le CFO de la société. Concrètement, il s'opérera en deux phases. Une première tranche sera vendue avant Noël et une seconde, la plus importante, autour de la mi-janvier. "Il s’agit d’une opération qui se réalisera donc au fil de l’eau en parallèle avec une vie normale du titre " a souligné Everard van der Straten.

Dans un souci d’efficacité financière, il ne sera pas fait appel à un établissement financier pour vendre les nouvelles actions. Elles seront proposées à un nombre limité d’investisseurs parmi lesquels certains actionnaires existants et des actionnaires de référence. Le ticket d’entrée est fixé à 100.000 euros.

"La Bourse est un grand mystère"

Assez opportunément et dans la foulée de trois communiqués de presse (brevets européens, publication dans Allergy et plan de développement aux USA) le titre d’Asit a grimpé de 11% au cours des 30 derniers jours, période de référence pour la fixation du prix de souscription. " La Bourse est un grand mystère" a réagi le directeur financier "qui est le fruit d’un équilibre entre acheteurs et vendeurs, un équilibre qui nous a plutôt été défavorable depuis notre IPO ". Et, en effet, le titre a fondu de 44% depuis son introduction en Bourse en mai 2016...

 

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Messages sponsorisés
Tijd Connect
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.
Partnercontent
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.