MaSTherCell va se frotter aux investisseurs du Nasdaq

La biotech carolo a reçu fin 2017 un soutien de la SFPI qui lui permet de financer son extension à Gosselies. ©MaSTherCell

Orgenesis, la maison mère de la biotech carolo MaSTherCell, est désormais cotée au Nasdaq. Une nouvelle réussite de l’écosystème belge des sciences du vivant.

La biotech carolo MaSTherCell change de division. Ou plus exactement sa maison mère, Orgenesis. Jusqu’ici inscrite sur un marché OTC (over-the-counter) aux USA, cette société d’origine israélienne est désormais cotée depuis quelques jours sur le Nasdaq, le marché américain des valeurs des nouvelles technologies. De quoi lui assurer plus de visibilité mais également davantage de potentialités de financement.

Spin-off de l’ULB, MaSTherCell est une société de services spécialisée dans l’industrialisation de produits innovants de thérapie cellulaire. Installée au Biopark de Gosselies, elle a été reprise en 2015 par Orgenesis, qui développe un traitement contre le diabète de type 1. La biotech israélo-américaine a fait de la Belgique le centre de manufacturing pour ses activités en Europe et a investi pour implanter son activité R&D dans notre pays. La PME wallonne est devenue la pièce maîtresse de son réseau global de CDMO (contract development and manufacturing organization), qui comprend également des partenaires en Asie (Corée du Sud), au Moyen-Orient (Israël) et bientôt aux USA.

MaSTherCell
  • MaSTherCell a été fondée en 2011 en tant que spin-off de l’ULB. L’entreprise est une CDMO (contract development and manufacturing organization), une société qui fournit des services dans le secteur pharma.
  • Rachetée en 2015 par Orgenesis, l’entreprise de Gosselies compte actuellement une centaine d’équivalents temps plein, un chiffre qui s’accroît régulièrement.

Bien qu’un peu atypique dans le monde des biotechs belges, le développement de MaSTherCell s’est avéré plutôt spectaculaire: fondée en 2011, l’entreprise compte actuellement une centaine d’équivalents temps plein (ETP) et entend quasiment doubler ce chiffre dans les prochaines années.

La biotech a procédé récemment à une augmentation de capital via un apport de 5 millions d’euros de la SFPI (Société fédérale de participations et d’investissement) qui renforce l’ancrage belge. Un soutien qui permet à la société de financer ses travaux d’extension, en particulier la nouvelle aile de production, qui va déboucher sur un doublement des capacités actuelles. Le chiffre d’affaires, qui était de 6,3 millions d’euros en 2016, va flirter avec les 11 millions d’euros pour 2017.

Des perspectives

Le passage d’Orgenesis d’un marché secondaire au Nasdaq va ouvrir des perspectives supplémentaires. "Cela donnera accès à des investisseurs plus larges, des banques d’affaires de niveau plus intéressant et à une base client encore élargie", explique Hugues Bultot, le cofondateur de MaSTherCell, aujourd’hui administrateur d’Orgenesis. En tant que société qui a de grandes ambitions du côté des services, Orgenesis n’est pas à la fin du cycle de financement. Et au niveau du développement de la plateforme de thérapie cellulaire, cela n’est que bénéfice soit pour faire des accords avec des grandes sociétés pharmas pour l’exploitation de la plateforme, soit pour faire des accords pour développer les technologies naissantes."

"Ce nouvel accès au financement n’est pas indispensable pour la viabilité actuelle de MaSTherCell, ajoute de son côté Denis Bedoret, le CEO de la biotech carolo. Par contre, il est crucial pour permettre notre croissance, surtout au rythme assez rapide que l’on a connu ces dernières années, étant entendu que nous avons pour ambition de continuer à croître rapidement. Il pourrait y avoir des retombées très importantes, même au niveau local, vu le nombre de demandes clients que nous avons. Car nous bénéficions d’une grosse reconnaissance au niveau de l’immunothérapie et le secteur est en plein boom, avec les approbations des traitements de Kite et de Novartis et les deals très importants qui ont eu lieu, comme l’acquisition de la plateforme Cell Design Labs pour près de 600 millions de dollars par Gilead. Perçue il y a encore quelques années juste comme un traitement prometteur parmi d’autres, l’immunothérapie est désormais en phase commerciale pour plusieurs produits, avec une efficacité remarquable", poursuit le CEO. L’immunothérapie fonctionne sur la reprogrammation des propres cellules immunitaires du patient par l’ingénierie du génome.

Un nouvel acteur

"On assiste à l’apparition d’un nouvel acteur belge coté, même si une partie du management est localisée à l’étranger. Le pôle le plus important et le plus contributif en matière de chiffre d’affaires est localisé en Belgique, conclut Hugues Bultot. C’est une nouvelle réussite de l’écosystème belge, même si c’est un modèle de développement différent de celui suivi par d’autres biotechs belges. Nous avons fait levier sur les capitaux étrangers pour arriver à la Bourse américaine, qui est l’eldorado des biotechs. Les actionnaires d’origine avaient mis 2,4 millions sur la table, la capitalisation boursière d’Orgenesis est aujourd’hui de 125 millions de dollars! En partant de quasiment rien, d’une expérience de l’ULB, on a réussi à créer une société qui comptera bientôt 150 personnes et qui est cotée au Nasdaq, ce qui lui assurera une visibilité pour grandir de façon exponentielle. Dans deux ans, MaSTherCell ne devrait pas être loin d’être la plus grosse biotech de thérapie cellulaire en Wallonie en termes d’emplois."

Silicon Belgium

Les nouvelles technologies peuvent-elles fleurir sur les cendres de notre vieille industrie et faire de la Belgique le pays de l’innovation? Avec le dossier #SiliconBelgium, L'Echo pose la question et passe la tech belge au crible.

Découvrez notre dossier en cliquant ici.


Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect