Mithra à l'assaut du marché japonais de la ménopause

©Dries Luyten

La société pharmaceutique liégeoise a signé un nouvel accord avec le leader japonais de la santé féminine. Mithra espère pouvoir commercialiser 'Donesta', son produit candidat à base d’Estetrol, au Japon et dans les pays de l’ASEAN.. Ce traitement dans le domaine de la ménopause est entré en étude de Phase II afin de le rendre plus robuste. Les résultats sont attendus d'ici la fin du mois de mars 2018.

Semaine riche en évènements pour Mithra pharmaceuticals . Un jour après l'annonce d'un partenariat prometteur avec Mayne Pharma censé lui ouvrir les portes du marchés US et à la veille de la publication de ses résultats annuels, la société liégeoise a signé un 'binding term sheet' avec Fuji Pharma, le leader japonais dans le domaine de la santé féminine.

Le but est de pouvoir commercialiser le traitement Donesta -encore en développement- au Japon et dans les pays de l’ASEAN, à savoir Brunei, le Cambodge, l'Indonésie, le Laos, la Malaisie, le Myanmar, les Philippines, Singapour, la Thaïlande et le Vietnam .

"Aujourd’hui, grâce à ce term-sheet, nous sommes plus que jamais convaincus que notre dossier Donesta est encore plus attractif pour la recherche de futurs partenaires."
François Fornieri
CEO de Mithra

Fuji et Mithra se connaissent bien. En septembre dernier, elles ont conclu un accord de partenariat pour le traitement contraceptif liégeois Estelle sur une période de 20 ans. Fuji Pharma avait ainsi obtenu le droit de commercialiser Estelle au Japon et dans les pays de l’ASEAN, soit un marché total de 330 millions d’euros de ventes annuelles. 

Un retard salutaire

L'annonce du jour concerne donc un produit en étude de Phase II. Suite aux discussions avec les agences réglementaires et aux recommandations de ses comités consultatifs cliniquesle protocole de l’étude a été étendu. L’approbation réglementaire du nouveau protocole est attendue d’ici la fin du premier trimestre 2017 et la fin de l’étude est maintenant attendue un an plus tard.

Les premiers résultats de l’étude de Phase II sont attendus fin mars 2018. "Ces modifications, bien qu’entraînant du retard, nous offrent la possibilité de construire un dossier plus fort qui nous confère un réel avantage sur le marché croissant de la ménopause", se défend François Fornieri, le CEO de Mithra.

La bonne nouvelle, c'est que Fuji Pharma et Mithra Pharmaceuticals ou un de ses partenaires assumeront ensemble, à parts égales, les coûts liés au développement de la très onéreuse Phase III de Donesta au Japon. 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content