Perrigo accuse Omega Pharma et Marc Coucke de comptabilité tronquée

©Photo News

250 millions d'euros, tel est le dédommagement que Perrigo s'apprête à réclamer à Waterland, société de private equity, et à Marc Coucke. L'acquéreur américain d'Omega Pharma accuse le fondateur et ancien patron du groupe d'avoir embelli la comptabilité.

La saga de la vente d'Omega Pharma au groupe pharmaceutique américain Perrigo continue de faire couler de l'encre. Selon "De Standard", Perrigo menace désormais de réclamer aux anciens propriétaires d'Omega Pharma 250 millions d'euros. L'Américain accuse en effet le fondateur Marc Coucke d'avoir des années durant embelli sa comptabilité en reprenant dans ses comptes des produits invendus comme vendus.

→ Marc Coucke nie toute forme de tricherie chez Omega Pharma. Il estime que les informations parues dans les médias sont tendancieuses, désobligeantes et même répréhensibles. Selon Marc Coucke, Perrigo tente de répercuter ses propres problèmes sur l'acquisition d'Omega Pharma. 

Le journal souligne que Perrigo pointe notamment la vente de produits à de grands acteurs de la pharmacie, tel que Febelco qui détient 60% du secteur des pharmacies en Flandre.

Omega Pharma expédiait ainsi des fournitures qui étaient comptabilisées comme chiffre d'affaires acquis. Or dans certains cas, cette prise en compte dans la comptabilité s'effectuait alors que la vente effective du produit n'avait pas eu lieu. Cette pratique appelée "push and load" est courante dans le secteur. La question qui se pose aujourd'hui est de savoir si Marc Coucke a été trop loin dans celle-ci.

"De Standard" avance également que des garanties auraient été données à Febelco via des "lettres secrètes" ou oralement. Celles-ci permettaient à Febelco de renvoyer les invendus.

A cette heure, aucune précision n'est apportée quant à la connaissance de cette pratique par le réviseur d'entreprises PwC. Selon le quotidien, PwC n'était pas au courant. Ce dernier se retranche derrière le secret professionnel. Il avance toutefois que "les règles comptables en matière de chiffre d'affaires sont sujettes à des interprétations différentes".

Le recours à ces lettres secrètes fait froncer les sourcils. Mais le point d'orgue pour Perrigo, c'est que via cette pratique Omega Pharma a soustrait 9,9 millions d'euros de son revenu imposable de 2014. Cette année-là, Perrigo rachetait Omega Pharma.

Perrigo affirme donc que face à la valeur conventionnelle que cela représentait dans le secteur pharmaceutique de l'époque, cette embellie comptable représente 250 millions qu'il entend récupérer.

L'Américain devait ainsi déposer une plainte contre Waterland, le groupe de private-equity, et contre Marc Coucke. Dans le chef d'Omega Pharma ces accusations sont qualifiées de "chasse aux sorcières". "Nous n'avons rien fait de mal et cela frustre les Américains."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content