Pharmasimple lève 5 millions d'euros et migre vers Euronext Growth

©Kristof Vadino

La jeune société belge positionnée sur la vente en ligne de compléments alimentaires et de produits parapharmaceutiques a achevé le bouclage d’une levée de fonds de 5 millions d’euros, préalable à un transfert sur Euronext Growth.

Pharmasimple poursuit son envol: la jeune société belge positionnée sur la vente en ligne de compléments alimentaires et de produits parapharmaceutiques et cosmétiques a annoncé mercredi avoir achevé le bouclage d’une levée de fonds de 5 millions d’euros, préalable à un transfert d’ici quelques jours sur Euronext Growth.

Une nouvelle étape fondamentale qui doit permettre à cette entreprise active dans l’e-commerce de poursuivre une croissance organique à deux chiffres, une de ses caractéristiques depuis sa création il y a à peine sept ans par le jeune entrepreneur Michaël Willems et son épouse Annabelle.

Jusqu’ici, le couple fondateur belge détenait un peu plus de 50% du capital, le solde des parts étant aux mains de deux fonds d'investissement français (News Invest et Sopromec) et d’organismes financiers régionaux belges (SRIW et IMBC). Pour attirer de petits investisseurs et accroître sa visibilité, Pharmasimple avait par ailleurs décidé d’être coté sur le Marché libre (Euronext Access) à Paris.

La levée de fonds de 5 millions a été réalisée auprès des actionnaires historiques dont le dirigeant fondateur, de principaux fonds d’investissement " small cap " de la place de Paris (Financière Arbevel, Keren Finance, Montblanc Alpen Stock, Sunny AM), ainsi que par la SRIW et IMBC. Le transfert de cotation des titres vers Euronext Growth (ex Alternext) est prévu le 14 septembre 2017.

Pharmasimple emploie environ 25 personnes, dont une vingtaine sur sa plate-forme logistique de Rhode-Saint-Genèse et le reste à La Louvière. Ses ventes ont progressé de 66% en 2016 par rapport à 2015, à 11,3 millions d’euros. Une croissance dans la moyenne de ces dernières années, que le fondateur et CEO entend bien conserver, voire accroître, à l’avenir.

"D’ici cinq ans, nous visons les 100 millions d’euros de chiffre d’affaires. Mais nous sommes plutôt dans une logique de croissance que de rentabilité. Nous ne serons pas rentables avant 2018-19" selon Michaël Willems.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect