Progrès pour la thérapie hormonale de Mithra

©Patrick Leidgens_mithra

Mithra a annoncé vendredi avoir achevé le recrutement pour l’étude de phase II de sa thérapie hormonale Donesta, ce qui lui donne bon espoir d’une publication des premiers résultats pour la fin du premier trimestre 2018.

Au total, 260 femmes ont été recrutées, dont 86 ont déjà terminé les 12 semaines de traitement avec le Donesta de Mithra dans le cadre de l’étude de phase II. Le Donesta est un traitement oral contre les effets néfastes de la ménopause (bouffées de chaleur…). Il est basé sur l’Estetrol, un œstrogène naturel produit en abondance par le fœtus. La société liégeoise est parvenue à synthétiser cette molécule et à la reproduire à l’échelle industrielle.

Le premier objectif de l’essai clinique de Phase II est de déterminer la dose minimale orale quotidienne de Donesta requise pour traiter efficacement ces effets néfastes. Les objectifs secondaires comprennent notamment une évaluation des autres symptômes de la ménopause. L’étude portera également sur les principales questions d’innocuité.

Le marché mondial de la ménopause est très convoité: il représente actuellement 8,6 milliards de dollars, et il devrait atteindre approximativement 16 milliards en 2025. Plusieurs sociétés s’y intéressent, dont la belge Ogeda, reprise par le japonais Astellas.

Mithra explore les potentialités de l’Estetrol en priorité pour la santé féminine. Dans le domaine de la contraception, l’entreprise met au point la pilule Estelle, censée être plus efficace et sans effets secondaires. Mais l’Estetrol va être testée aussi dans le traitement de l’encéphalopathie néonatale, cause de mortalité chez les nouveau-nés.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect