UCB confirme son statut d'action favorite pour 2020

Depuis le début de l'année, l'action UCB a déjà grimpé de 13%. ©Photo News

UCB a relevé ses prévisions de résultats pour 2019. Dans la foulée, plusieurs analystes ont revu leur copie sur la valeur. Depuis le début de l’année, le titre a déjà grimpé de 13% ce qui confirme son statut d’action "chouchou" pour 2020.

Il n’aura pas fallu attendre longtemps pour voir UCB confirmer son statut d’action préférée (parmi d’autres) qui lui a été octroyé par plusieurs brokers dont KBC Securities et Degroof Petercam.

Prévisions 2019 relevées

Vendredi soir, le groupe pharmaceutique a relevé ses prévisions de résultats pour 2019 grâce à la forte demande constatée au quatrième trimestre pour deux médicaments: le Cimzia (immunologie) et le Vimpat (neurologie).

Nous nous attendons à ce qu’UCB entre dans une période de croissance significative dans la mesure où nous estimons que le marché reste aveugle vis-à-vis de l’Evenity.
Thomas Guillot
Analyste chez Degroof Petercam

Les ventes annuelles totales sont désormais attendues autour de 4,9 milliards d’euros, contre une estimation précédente comprise entre 4,6 et 4,7 milliards. De son côté, l’Ebitda récurrent est attendu, au moins, dans le haut de la fourchette de 27% à 29% des revenus tandis que le groupe voit son bénéfice par action dépasser 4,8 euros, soit le niveau maximum de l’estimation précédente.

Ce lundi matin, après ces nouvelles prévisions, le titre grimpait de 3% à 79,8 euros totalisant déjà un gain de 13% depuis le début de l’année.

Deutsche Bank vise 100 euros

Au vu de ces chiffres, des brokers ont décidé de relever leur objectif de cours sur la valeur. Barclays a même changé son fusil d’épaule, tout comme Bryan Garnier, passant du côté des "fans" du groupe avec un conseil d’achat, contre "conserver" avant, et un "target" majoré de 20 euros pour atteindre 90 euros.

Celui de la Deutsche Bank – 100 euros – est le plus élevé. "Nous avons relevé nos prévisions de bénéfices à moyen terme de 2 à 6%", précise l’analyste Richard Parkes. "UCB reste notre favorite pour 2020 car le potentiel du groupe n’est pas correctement reflété dans le cours de bourse".

L'Evenity et le pipeline sous-estimés

Constat identique chez Thomas Guillot de Degroof Petercam. "Nous nous attendons à ce qu’UCB entre dans une période de croissance significative dans la mesure où nous estimons que le marché reste aveugle vis-à-vis de l’Evenity (traitement contre l’ostéoporose autorisé dans 37 pays dont ceux de l’Union européenne, les États-Unis, le Japon et l’Australie, NDLR)".

Il se dit aussi convaincu que le pipeline d’UCB reste significativement sous-estimé et plus précisément le bimekizumab et la franchise des maladies orphelines. En raison de la résilience plus forte qu’attendu des médicaments commercialisés (Cimzia et Vimpat), il a revu à la hausse ses estimations. Il table sur des ventes de 5,5 milliards d’euros en 2022. Son objectif de cours passe du coup de 76 euros à 90 euros.

Pic de 1,5 milliard en 2028

Sandra Cauwenberghs et Lenny Van Steenhuyse de KBC Securities, pour leur part, saluent la mise à jour "significative" des prévisions 2019 qui montre qu’UCB va battre le consensus des analystes sur ses produits principaux que sont le Cimzia et le Vimpat. Leur "target" passe de 86 euros à 91 euros. Concernant l’Evenity, ils sont sur la même longueur d’onde que leur homologue de Degroof Petercam.

Ce produit, déjà commercialisé depuis l’an dernier au Japon et aux États-Unis, n’est pas valorisé à son potentiel maximum, avancent-ils. On découvrira les chiffres des ventes aux USA lors de la publication des résultat annuels d’Amgen partenaire d’UCB pour ce traitement. Les analystes de KBC jugent qu’UCB pourra atteindre un pic des ventes de 1,5 milliard d’euros en 2028.

UCB publiera ses résultats annuels le 20 février.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n